DIA | Naima Salhi ne sévira plus : le Président Tebboune ordonne l’élaboration d’une loi criminalisant le racisme et le régionalisme 
48210
post-template-default,single,single-post,postid-48210,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Naima Salhi ne sévira plus : le Président Tebboune ordonne l’élaboration d’une loi criminalisant le racisme et le régionalisme 

DIA-13 janvier 2020: Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune,  a instruit le Premier ministre de préparer un projet de loi criminalisant toutes les formes de manifestations de racisme, de régionalisme et de discours de haine dans le pays, selon un communiqué de la présidence de la République.

L’instruction du Président Tebboune intervient suite à la recrudescence du discours de la haine et de l’incitation à la fitna à travers les médias et les réseaux sociaux. Les auteurs de ces appels à la fitna agissent au nom de la liberté d’expression en brandissant des slogans qui portent atteinte à l’unité nationale, précise le communiqué de la présidence.

En ce sens, le président de la République a averti que «tout un chacun est tenu de respecter la Constitution et les lois de la République, notamment en ce qui concerne le respect des principes et des valeurs de la nation, les éléments fondamentaux de l’identité nationale, de l’unité nationale et des symboles de l’Etat et du peuple».

L’instruction du chef de l’Etat vient ainsi mettre hors d’état de nuire la présidente du Parti de l’équité et de la proclamation (PEP), Naima Salhi qui est également députée à l’APN. Cette dernière a multiplié les discours à la haine et à la fitna qualifiant les Kabyles de tous les noms d’oiseaux.

Elle profité de son statut de députée qui lui accorde l’immunité pour s’attaquer et diffamer des Algériens, y compris le banni des Kabyles, Ferhat Mehenni qui prétend conduire le mouvement séparatistes du MAK. Naima Salahi qui poursuivie en justice par de nombreux citoyens et un groupe d’avocat risque gros.

Il en est de même pour le fameux directeur de la Culture de M’isla qui a insulté le moudjahid et martyr Abane Ramdane, le qualifiant de «traitre». Le directeur de la culture de M’sila aurait été limogé.

L’instruction du président de la République vient ainsi mettre fin à une anarchie qui a permis jusque-là à n’importe qui de diffamer et d’insulter tout le monde dans l’impunité totale.

Mohamed Nassim