Ould Kaddour: "l'acquisition de la raffinerie d'Augusta a coûté moins de 1 milliard de dollars" - DIA
31864
single,single-post,postid-31864,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Ould kaddour

Ould Kaddour: « l’acquisition de la raffinerie d’Augusta a coûté moins de 1 milliard de dollars »

DIA-11 mai 2018: La compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach a acquis la raffinerie d’Augusta (Italie) auprès d’Esso Italiana à un prix ne dépassant pas un (1) milliard de dollars, a indiqué vendredi à Alger, son P-dg,  Abdelmoumen Ould Kaddour.
« Nous avons acquis la raffinerie d’Augusta à un prix extraordinaire, soit moins d’un (1) milliard de dollars, sachant que le projet de raffinerie de Hassi Messaoud devra coûter 3 à 4 milliards de dollars », a déclaré M. Ould Kaddour à la presse en marge de la signature d’un mémorandum d’entente entre Sonatrach et le groupe français Total portant sur un projet de pétrochimie.
En outre, M. Ould Kaddour a précisé que suite à l’appel d’offre lancé en août 2017 par Esso Italiana (filiale du groupe américain ExxonMobil), « Sonatrach a pu arracher ce contrat de trois autres partenaires ».
Pour rappel, Sonatrach a signé, mercredi dernier à Rome, un accord avec Esso Italiana portant sur l’achat de la raffinerie d’Augusta (Sicile) er de trois (3) terminaux pétroliers situés à Augusta, Naples et Palerme ainsi que de leurs systèmes d’oléoducs associés.
Capable de traiter à la fois du Sahara Blend ainsi que du fuel résiduel issu de la raffinerie de Skikda, la raffinerie d’Augusta s’intégrera directement dans le système de raffinage de Sonatrach.
Elle pourra également traiter directement des produits qui sont excédentaires en Algérie en vue de réimporter des produits aujourd’hui en déficit comme le gasoil et l’essence. Elle est dotée d’une capacité de traitement de 10 millions de tonnes par an. Ce qui en ferait la deuxième raffinerie de Sonatrach.
En outre, avec l’acquisition des trois terminaux, l’autonomie de la consommation en diesel et en essence de l’Algérie est, quant à elle, augmentée de plusieurs jours de consommation.
Sonatrach-Total: Création d’une société mixte pour la réalisation d’un projet de pétrochimie
Une société mixte sera créée entre Sonatrach et le groupe français Total pour la réalisation, le développement et l’exploitation d’un complexe de déshydrogénation du propane et de production du polypropylène (PDH-PP).
Un mémorandum d’entente a ainsi été signé, vendredi à Alger, entre les P-dg de Sonatrach et du groupe Total, respectivement, Abdelmoumen Ould Kaddour et Patrick Pouyanne.       
D’une capacité de production de 550.000 tonnes/an de polypropylène, en utilisant une charge de 650.000 tonnes/an de propane issu des installations de séparations de GPL d’Arzew, ce projet pétrochimique comprendra une usine de déshydrogénation de propane (PDH), une unité de production de polypropylène et une unité logistique à la pointe de la technologie, a indiqué le directeur exécutif du Business développement et marketing auprès de Sonatrach, Toufik Hakkar.
La structure de partenariat dans ce projet est de 51% pour Sonatrach et de 49% pour Total. Il s’agit du premier projet de polypropylène en Algérie et du deuxième projet de pétrochimie après le CP 1k réalisé dans les années 1970. D’un investissement de l’ordre de 1,5 milliard de dollars pour les deux partenaires, qui lanceront les études d’ingénierie de détails au courant du deuxième semestre 2018, ce projet sera financé à hauteur de 30% en capitaux propres et de 70% en emprunt bancaire, a précisé M. Hakkar qui a avancé qu’en parallèle de la création d’une société mixte dédiée à ce projet,  « nous commencerons une période de la recherche d’un financement très important ».