Ouyahia et Ould Abbes font avorter toutes les initiatives et balisent le 5e mandat - DIA
34212
single,single-post,postid-34212,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Ould abbaes Ouyahia

Ouyahia et Ould Abbes font avorter toutes les initiatives et balisent le 5e mandat

DIA-31 juillet 2018: Les deux premières forces politiques du pays, le FLN et le RND ont décidé d’unir leurs efforts et de se coaliser en faveur d’un 5e mandat du Président Abdelaziz Bouteflika. A ce titre, le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia et celui du parti du Front de la libération nationale (FLN), Djamel Ould Abbes se sont réunis ce lundi au siège du Premier ministère et ont affirmé qu’ils « œuvreront de concert pour soutenir leur candidat, le Président Abdelaziz Bouteflika et lui fournir un appui solide s’il répond favorablement à cette requête ».
La rencontre surprise Ouyahia-Ould Abbes intervient au moment où les initiatives foisonnent et sont proposées par des partis politiques. A travers ces initiatives, c’est le 5e mandat du Président Bouteflika qui semble être remis en cause.
Des partis évoquent «le consensus national», une «transition démocratique» ou encore «l’implication de l’Armée dans la politique pour gérer une éventuelle transition politique». Face à ces initiatives, les deux premières forces politiques du pays ont décidé d’imposer leur véto et de faire taire les partis qui s’opposent, d’une manière ou d’une autre à un 5e mandat du Président Bouteflika, sachant que l’élection présidentielle est prévue en avril 2019.
Au cours de la rencontre Ouyahia-Ould Abbes, le SG du RND a réitéré l’appel lancé par sa formation politique à l’adresse du Président Bouteflika « pour se présenter au prochain rendez-vous électoral ». « Nous serons, avec d’autres forces, un soutien fort s’il répond favorablement à cette requête », a affirmé Ouyahia.
« Je me suis entretenu avec le secrétaire général du parti du FLN qui forme la grande partie de la base du gouvernement au sein de l’Assemblée populaire nationale (APN) et au Parlement en général, sur les différentes questions, notamment politiques, économiques et financières et avons relevé l’émergence de signes d’amélioration de la situation ».
Pour sa part, le SG du FLN a indiqué que les deux partis œuvraient  » main dans la main, comme deux alliés stratégiques », et d’enchainer : « nous sommes au fait, plus que quiconque, des acquis réalisés ces 20 dernières années, des réalisations que nous considérons comme un capital apporté au pays ».
Ould Abbès a fait part de son vœu de voir « le Président poursuivre sa mission après 2019, jusqu’à ce que nous assurerions l’avenir des générations montantes ».
Il faut donc s’attendre à ce que des partis rejoignent la coalition FLN-RND et barrer la route aux autres partis de l’opposition, lesquels peinent à s’entendre sur divers nombre de questions !
Amir Hani