DIA | Ouyahia, Sellal, Zoukh et d’autres ministres comparaissaient devant la justice en tant que…témoins
43115
post-template-default,single,single-post,postid-43115,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Ouyahia, Sellal, Zoukh et d’autres ministres comparaissaient devant la justice en tant que…témoins

DIA-09 juin 2019: Les deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, ont comparu ce dimanche devant le juge d’instruction près le tribunal Sidi M’hamed. D’autres ministres ainsi que l’ancien wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, comparaissent en tant que témoins.

Il faut bien préciser qu’ils ont comparu en tant que témoins. Ces anciens hauts responsables se sont déplacés au tribunal dans de grosses cylindrées à l’exemple de Zoukh qui était à bord de son 4/4 Range Rover ou Ouyahia à bord d’une Passat. Cela laisse supposer que ces hauts responsables continuent de bénéficier des privilèges de l’Etat, sinon comment expliquer que Ouyahia se déplace avec sa garde rapprochée !

Pour ceux qui croient que ces hauts responsables vont être jugés, il faut rappeler ou préciser  qu’ils ne peuvent pas être jugés par un tribunal ordinaire, mais par la Haute cour d’Etat. Or, celle-ci n’a jamais été installée, alors qu’elle est prévue par la Constitution.

En ce sens, l’article 177 de la Constitution stipule : «Il est institué une Haute Cour de l’Etat pour connaître des actes pouvant être qualifiés de haute trahison du Président de la République, des crimes et délits du Premier ministre, commis dans l’exercice de leur fonction. La composition, l’organisation et le fonctionnement de la Haute Cour de l’Etat, ainsi que les procédures applicables, sont fixés par une loi organique».

Cette Haute cour n’est toujours pas installée et ne le sera pas de sitôt car c’est le président de la République élu qui a les attributions de l’installer. Actuellement, l’Algérie est dirigé par un président intérimaire qui n’a pas les prorogatives d’installer la Haute Cour d’Etat d’où l’impossibilité de juger Ouyahia ou Hamel ou les autres ministres.

Amir Hani