Pénurie de lait : le président de l'UGCCA accuse les consommateurs - DIA
29651
single,single-post,postid-29651,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Lait-sachet-algerie

Pénurie de lait : le président de l’UGCCA accuse les consommateurs

DIA-12 mars 2018: Décidément, on aura tout vu et entendu sur la pénurie du lait en sachet en Algérie. Le pauvre consommateur ou citoyen ne sait plus où donner de la tête après que le président de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), Salah Souilah eut accusé les Algériens d’être à l’origine de cette pénurie.
Selon Salah Souilah, «les Algériens stockent les sachets de lait et achètent plus que ce qu’ils consomment». Cela est peut-être valable pour le pain, mais pas pour le lait et Salah Souilah qui est supposé défendre les consommateurs s’en prend à eux.
Cette pénurie a permis en fait d’augmenter le prix du lait qui a doublé, passant de 25 à 50 DA. Le sachet de lait est écoulé à 50 DA sous prétexte qu’il s’agit de lait de…vache. Il est donc étonnant que le lait de vache soit disponible en grande quantité, alors que le lait ordinaire en sachet (subventionné) est introuvable.
On aurait souhaité que Salah Souilah fournisse des explications sur cette situation, au lieu de s’en prendre aux pauvres consommateurs qui font face à des augmentations tous azimuts.
On aurait aussi souhaité que Salah Souilah parle de la mafia du lait. Une mafia représentée par les transformateurs de la poudre de lait et les distributeurs de ce produit qui est subventionné par l’Etat. Les transformateurs détournent la poudre de lait pour la production des produits dérivés du lait, comme les fromages, les yaourts et le beurre, alors que les distributeurs écoulent leurs marchandises au niveau des cafétérias, salons de thé, restaurants et hôtels contre des marges bénéficiaires plus importantes que celles dont ils bénéficient auprès des épiceries.
Salah Souilah a fait semblant d’ignorer ces pratiques pour accuser directement les consommateurs qui « stockent des sachets de lait».
L’Etat dont le rôle est régalien est également absent sur le terrain. La pénurie de lait est récurrente au moment où le ministère du Commerce ainsi que le ministère de l’Agriculture ne cessent d’affirmer que la quantité de poudre de lait a augmenté. Il est donc à se demander où est passée toute cette poudre de lait qui ne profite pas aux citoyens, mais à une mafia qui se sucre sur le dos du peuple.
Mohamed Nassim