Piratage TV: Alors qu'il a le soutien de Mihoubi, Bencheikh interpelle Kaouane (Vidéo) - DIA
33419
single,single-post,postid-33419,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Sami_Bencheikh

Piratage TV: Alors qu’il a le soutien de Mihoubi, Bencheikh interpelle Kaouane (Vidéo)

DIA-01 juillet 2018: Une nouvelle fois le DG de l’ONDA M. Sami Bencheikh El-Hocine a dénoncé les chaînes privées qui piratent les films récents sur leurs petits écrans, à l’occasion de la signature d’un accord de partenariat avec la société  IRIS.  

Le premier responsable des droits d’auteurs en Algérie a interpellé le ministre de la Communication Djamel Kaouane en déclarant « J’aurais aimé que le ministre de la communication parle des diffusions illégales de programmes (piratés), en même temps qu’il critique la violence dans les programmes de Ramadhan ». Bencheikh s’interroge également sur le silence de l’ARAV, la première institution chargée de réguler le marché de l’audiovisuel. Peu avant ses déclarations,  le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi a apporté son soutien au DG de l’ONDA en dénonçant ce piratage systématique des œuvres cinématographiques récentes. 

Le DG de l’ONDA a annoncé que la fédération des producteurs audiovisuels a installé un groupe d’experts pour contrôler les programmes des télévisions algériennes, surtout après le vol d’un programme produit par Netflix, la plateforme américaine de Vidéo à la demande (VOD). 

Enfin M.Bencheikh a précisé que six chaînes ont signé des accords avec l’ONDA, en payant des redevances annuelles. Tout en précisant que l’ENTV paye 20 milliards de centimes par an. Le premier responsable des droits d’auteurs a indiqué que les chaînes privées payent une contribution moins importante en raison de leur assez récente existence et surtout de leurs budgets très réduits. 

Salim Bey