Portrait Mouaâd Bouchareb, le plus jeune président de l'APN depuis l'indépendance - DIA
36945
single,single-post,postid-36945,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Bouchouareb

Portrait Mouaâd Bouchareb, le plus jeune président de l’APN depuis l’indépendance

DIA-25 octobre 2018: Beau, jeune et universitaire, le nouveau président de l’Assemblée populaire nationale, Mouaâd Bouchareb incarne le renouveau. A  l’âge de 47 ans, il devient le 3e homme d’Etat en Algérie. Il est également le plus jeune président de l’APN, depuis Rabah Bitat, le premier président de l’APN en 1977, alors âgé de 52 ans. 
Au pays où la plupart des responsables sont des vieillards appartenant à la génération de Novembre, Mouaâd Bouchareb paraît de loin plus très jeune surtout comparativement à son prédécesseur, le désormais ex-président de l’APN, Said Bouhadja (80 ans) qui, faut-il le rappeler, est un ancien Moudjahid.
Bouchareb n’a certainement jamais imaginé qu’il deviendra un jour président de l’APN, lui qui avait failli quitter le FLN au temps de l’ancien SG du parti, Amar Saâdani. Ce dernier voulait l’écarter du FLN en vue de le radier.
Connu pour sa ténacité et  sa force de caractère, l’enfant de Sétif a pu résister à tous les aléas qu’il avait subis, notamment au temps de Saâdani.
Ancien administrateur au ministère des Moudjahidine, ce diplômé en Lettres arabes, a fait ses classes politiques au sein du FLN où il a milité dès son jeune âge. Il a pu accéder à la députation en 2012. Depuis lors, ce père de trois enfants, a su éviter toutes les embûches et intégrer les rouages du parti pour devenir président du groupe parlementaire de son parti et ce, depuis juin dernier.
Discret mais pragmatique, Bouchareb a attendu son heure pour émerger et déjouer tous les pronostics, lesquels avançaient les noms d’anciens poids lourds du FLN pour succéder à Bouhadja. Bouchareb a pris tout son monde contre-pied et devient le 3ehomme politique du pays, ouvrant ainsi la voie au processus de rajeunissement progressif et dans le calme du personnel politique en Algérie.
 Amir Hani