BIGtheme.net http://bigtheme.net/ecommerce/opencart OpenCart Templates

La précision de Grine aux télévisions privées

DIA 25 avril 2016: Le ministre de la Communication, Hamid Grine a affirmé lundi à Alger qu’aucune chaîne de télévision ou de radio ne peut être créée sans l’accord des autorités, soulignant que la tolérance de l’Etat a des « lignes rouges qu’il ne faut pas franchir ».

« Aucune chaîne de télévision ou de radio ne peut être créée sans l’accord des autorités. L’Etat algérien a été extrêmement tolérant, mais cette tolérance a des lignes rouges qu’il ne faut pas franchir », a déclaré le ministre en marge d’une conférence sur la déontologie dans la presse.

A une question sur l’accréditation des chaînes algériennes de droit étranger, M. Grine a précisé que « le moment venu » des fréquences (actuellement au nombre de 13) seront « allouées », précisant qu' »il reviendra à l’autorité de régulation de déterminer les chaînes de télévision qui répondent au cahier des charges ».

Il a relevé que les cinq chaînes déjà accréditées ont accompli un « saut qualitatif » depuis leur lancement. Interrogé sur le rachat par une filiale de Cevital du groupe de presse El Khabar, M. Grine a indiqué qu’il allait voir « si la loi permettait cette transaction ».

Il a estimé, à propos de la presse écrite, que sur les 155 journaux que compte le paysage médiatique algérien, « peut être qu’il y a 20 ou moins qui ont un poids et une importante sur le marché », considérant que « sur les 20, il y a peut être 10, qui sont érigés et gérés comme des entreprises de presse », avec des journalistes ayant des cartes de presse professionnelle, leurs droits sociaux et des salaires convenables.

« Les autres sont bâtis et gérés comme des épiceries. Certains journaux n’ont aucun journaliste doté de la carte de presse professionnelle, n’assurent pas la couverture sociale de leurs journalistes et n’ont pas de contrat de travail », a-t-il regretté.

Selon lui, un journal qui « peut exister sans la publicité étatique est un journal professionnel au sens propre du terme », avant de souligner que la crise de la presse écrite n’était pas spécifique à l’Algérie, mais se pose aussi à l’étranger en Europe, en Amérique, et dans les pays voisins.

Il a ainsi relevé que plusieurs journaux avaient des « créances importantes auprès des imprimeries étatiques ». Interrogé sur la mise en place de l’Autorité de régulation de la presse écrite, il a indiqué que la loi la prévoyait, mais « en tant que ministre et vu l’évolution de la presse, je m’interroge sur l’opportunité de cette autorité de régulation ».

« Dès lors qu’il y aura un conseil de l’éthique, qui va s’auto-saisir de tous les problèmes liés à la déontologie et à l’éthique, je ne vois aucune utilité (…) de l’opportunité de cette autorité », a-t-il affirmé en considérant qu’elle « est nécessaire dans l’audiovisuel » et peut dans ce cas « se substituer à l’autorité du ministère de la Communication ».

Le ministre s’est ensuite interrogé si on allait « vers un amendement ou non », estimant que la question était « prématurée » et que la question est de se « mettre en conformité avec la nouvelle Constitution ».Pour ce qui est de la loi sur la publicité, M. Grine a indiqué qu’au moment « opportun » elle passera au parlement et qu’il ne fallait s’attendre à « aucun miracle ». « C’est une loi qui va régir le secteur », a-t-il dit.

A propos de la nomination d’un nouveau responsable à la tête de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV), il a rappelé que cela relève des prérogatives du président de la République.

TwitterGoogle+Partager

Voir Aussi

DIA-Sellal

Sellal félicite Tebboune via facebook

DIA-25 mai 2017: Dans un précédent dans la pratique gouvernementale en Algérie, Abdelmalek Sellal a ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *