Présidence du MSP : Soltani et Makri en course aux côtés de trois autres candidats - DIA
31867
single,single-post,postid-31867,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-msp

Présidence du MSP : Soltani et Makri en course aux côtés de trois autres candidats

DIA-11 mai 2018: L’ancien président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Bouguerra Soltani veut revenir aux commandes de cette formation politique au moment où le président sortant, Abderrezak Makri est également candidat à sa propre succession. En plus de ces deux prétendants en force, trois autres candidats sont en lice. Il s’agit du revenant Abdelmadjid Menasra, l’ancien président du Majliss Echoura, Aberrahmane Saidi et le député Naamane Laouar.
La course pour la présidence du parti s’annonce très serrée et les résultats du vote devraient être annoncés samedi matin. Il faut relever que les intentions des candidats en course sont différentes, notamment en ce qui concerne la prochaine échéance électorale du pays, à savoir l’élection présidentielle de 2019.
Entre l’intransigeant Makri et le conciliant Soltani qui a été ministre du Travail et de la Protection sociale puis ministre d’Etat sans portefeuille, les autres candidats devraient jouer le rôle de lièvre ou d’arbitre.
Il faut relever que c’est au temps de Soltani, quand il était président du MSP que ce parti islamiste avait quitté l’Alliance présidentielle, constituée du FLN, du RND et du MSP. Cependant, Soltani a fini par regretter cette décision qui l’a éloigné du Pouvoir et souhaite ainsi revenir à la présidence du parti pour éventuellement se racheter auprès de ce même  Pouvoir bien sûr et,surtout, écarter Makri, aux positions radicales.
Pour rappel, les travaux du 7ème congrès extraordinaire du MSP avaient débuté jeudi à la Coupole du 5-Juillet (Alger) avec la participation de plus de 1800 délégués représentants 48  wilayas.
Amir Hani