Le président Bouteflika donne son accord pour la réalisation d'un musée dédié à Matoub Lounes - DIA
34852
single,single-post,postid-34852,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Mihoubi maatoub

Le président Bouteflika donne son accord pour la réalisation d’un musée dédié à Matoub Lounes

DIA-19 août 2018: Le président de la République a donné son accord pour le financement et la réalisation d’un musée dédié au défunt chanteur, le Rebelle Matoub Lounes afin de préserver le patrimoine culturel et artistique du défunt, selon un communiqué du ministère de la Culture. Le musée sera implanté au village natal du chanteur, à Taourirt Moussa, dans la commune d’Ait-Mahmoud dans la wilaya de Tizi Ouzou.
Le Président de la République a répondu favorablement à la demande de la sœur du regretté chanteur, Malika Matoub, qui préside la fondation Matoub-Lounes, selon le communiqué du ministère.
« Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika a approuvé cette demande et donné ses instructions pour le financement et le soutien en faveur de ce projet culturel qui vise la préservation de la mémoire de l’artiste Matoub Lounes, qui a contribué à la promotion de la chanson et de la musique algériennes dans sa dimension amazighe et au renforcement de l’identité nationale », lit-on dans le communiqué du ministère.        
Le ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, chargé par le Premier ministre, a reçu Malika Matoub et l’a informée de la décision du président de la République. A ce propos, Mihoubi a fait savoir que la présidente de la fondation a exprimé sa reconnaissance quant à cette noble attention, et estimé que la décision du Président Bouteflika constituait un « soutien à la culture ayant pour objectif la préservation de la mémoire de ses symboles et artisans ».
La fondation Matoub-Lounes avait commémoré le 25 juin dernier le 20ème anniversaire de la disparition de l’artiste. A cette occasion, elle a émis le souhait que soit réalisé un musée à proximité de la résidence de la famille du défunt dans un délai n’excédant pas un an.
Matoub Lounes a été assassiné le 25 juin 1998 au niveau d’un barrage près de la ville de Tizi Ouzou.   L’artiste écrivait et composait lui-même ses chansons et était connu pour ses textes engagés.
C’était un chanteur rebelle qui n’a jamais cessé de dénoncer la dictature du Pouvoir et la marginalisation de la culture amazighe et par conséquent de l’identité amazighe de l’Algérie.
Le geste du Président Bouteflika, s’inscrit dans le prolongement de sa volonté d’accorder à l’amazighité la place qui lui sied en Algérie, sachant que le chef de l’Etat a beaucoup fait pour cette langue et cette culture, en prenant des décisions courageuses, notamment l’officialisation de la langue amzighe devenue langue nationale et la création d’une académie de la langue amazighe.
Par ce geste, le président de la République aura une nouvelle fois empêché les chasseurs dans les eaux troubles et tous ceux qui tentent d’exploiter la moindre brèche et le moindre symbole de l’amazighité à des fins personnelles et politiciennes.
Amir Hani