Le président du FCE mise sur un partenariat bilatéral avec les Etats-Unis - DIA
39395
single,single-post,postid-39395,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Haddad USA

Le président du FCE mise sur un partenariat bilatéral avec les Etats-Unis

DIA-16 janvier 2019: Le président du Forum des chefs d’entreprises (FCE), Ali Haddad, a mis en exergue lundi la constance des relations algéro-américaines, riches en faits saillants, évoquant un partenariat bilatéral qui se poursuit dans « l’harmonie et le respect mutuel ».

S’exprimant au Congrès américain à l’occasion du lancement d’un livre référence sur l’Algérie, intitulée « l’Algérie et les relations transatlantiques », fruit d’une collaboration entre le Think tank Transatlantic Leadership Network et le FCE, M. Haddad a indiqué que les relations entre les deux pays se consolidaient tout autant dans les domaines politiques qu’économique, culturel et sécuritaire.

En rappelant le soutien des Etats-Unis au peuple algérien dans sa lutte pour l’indépendance, le chef du FCE a également souligné la libération des 52 otages américains en Iran en 1981 grâce à la médiation diplomatique algérienne et qui a été « un des marqueurs les plus visibles dans la consolidation des relations » algéro-américaines.

Ali Haddad, a ajouté que l’Algérie s’est tournée vers les Etats-Unis après le recouvrement de son indépendance, pour former une grande partie de son élite et encadrement économique.

Au plan économique, et au-delà de la coopération dans le domaine énergétique, les entreprises des deux pays ont concrétisé ces dernières années des projets importants dans les domaines de l’industrie, de l’agriculture et de la coopération scientifique et technique, a-t-il relevé.

« La politique économique menée par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a permis de créer les conditions favorables à un développement et un élargissement plus important de cette coopération », a mis en exergue le président du FCE.

Plaidant pour le développement du partenariat entre les deux pays, le président d’ETRHB a indiqué qu’il se rendait mardi en compagnie de plusieurs chefs d’entreprises dans l’Etat de Californie pour rencontrer des opérateurs américains et discuter des opportunités de partenariat.

« L’Algérie se construit avec des institutions solides, une société civile vivace, un secteur privé important évoluant dans une économie en pleine mutation », a déclaré le chef du FCE pour souligner le dynamisme de développement en Algérie.

M.Haddad a relevé que le processus des réformes allait se poursuivre et s’accélérer pour permettre la libération de tout son potentiel.

Aujourd’hui l’Algérie a rétabli sa sécurité et pu relancer son développement grâce au processus de réconciliation nationale mené sous la conduite clairvoyante du Président Abdelaziz Bouteflika, a-t-il relevé.

Le livre référence sur l’Algérie fournit un aperçu sur l’histoire et les réalités politiques, économiques et sociales de l’Algérie et sur l’évolution de ses relations avec les Etats-Unis.

La cérémonie de son lancement à laquelle a pris part le ministre de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche, Abdelkader Bouazghi, et l’ambassadeur Madjid Bouguerra, a été suivie d’un débat sur les opportunités de coopération entre l’Algérie et les Etats-Unis.

Le débat a été en particulier animé par Sacha Toperich et Jonathan Roberts respectivement vice-président et responsable des projets au Think Tank Transatlantic Leadership Network, Pamela Beecroft responsable des programmes au Think tank Center for International Private Enterprise, Mehdi Bendimerad, vice-président du FCE, Samy Boukaila PDG de BKL Industries et Smail Chikhoune président du Conseil d’affaires algéro-américain.