Le président du RCD au sujet de la présidentielle 2019 : «Il ne faut jamais dire jamais» - DIA
37948
single,single-post,postid-37948,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Mohcine Belabbes

Le président du RCD au sujet de la présidentielle 2019 : «Il ne faut jamais dire jamais»

DIA-24 novembre 2018 : Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) n’a pas tranché sa participation aux prochaines élections présidentielles, prévues en avril 2019.  Le président du  RCD Mohcine Belabbas a fait savoir que son parti n’a pas trancher définitivement la question, relevant toutefois que la question a été abordée lors du Conseil national du RCD en septembre dernier».
Pour Bellabas, «il  y a un manque de visibilité en ce moment», estimant que «si la situation persiste, il y a de fortes chances que le RCD ne participe pas aux élections». Plus loin, il ajoutera que du fait des changements qui pourraient survenir , «il ne faut jamais dire jamais».
Belabbas s’exprimait à l’ouverture du congrès constitutif des femmes progressistes du RCD, tenu ce samedi à Alger. Il a indiqué que l’instance des femmes progressistes a pour objectif d’organiser les luttes et impulser les combats en faveur de l’égalité en droits. Belabbas a ajouté que la tenue de cette rencontre constitue un moment fort dans la vie du parti, soulignant que la création de cette instance vient concrétiser une des recommandations du dernier congrès du RCD.
«Il s’agit pour cette nouvelle instance d’initier et de participer à l’élaboration des politiques sur les difficultés et les enjeux sociaux et économiques qui concernent la vie des femmes», a-t-il précisé, relevant que «dans cette optique, le volet de la sensibilisation, qui a pour objectif de faire progresser la prise de conscience collective dans le sens de l’égalité et de la justice, doit être encadré, suivi et évalué régulièrement».
 Pour le président du RCD, «le temps est à la vigilance et à la participation de toutes les Algériennes et de tous les Algériens dans les mobilisations et les luttes pacifiques pour les libertés publiques et syndicales afin de renforcer les segments d’émancipation et de progrès».
Amel Bouchaib