DIA | Les produits Rouiba ont été victimes en Libye de la concurrence à l’export
40194
post-template-default,single,single-post,postid-40194,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Les produits Rouiba ont été victimes en Libye de la concurrence à l’export

DIA-20 février 2019: Le DG de NCA-Rouiba SPA M. Sahbi OTHMANI a dénoncé dans une conférence de presse tenue au siège de son usine, les allégations libyennes concernant la conformité des produits jus de Rouiba.  

« La conformité de tous ces produits non seulement aux normes libyennes, mais aussi, à toutes celles des marchés étrangers dans lesquels la marque est présente dont le marché espagnol, français et canadien. » a encore précisé le DG de NCA Rouiba. 

En effet, M. OTHMANI répondait de façon directe et de telle sorte à mettre fin à toutes les spéculations possibles autour des photos qui ont circulé quelques jours auparavant, sur lesquelles on pouvait voir certains produits de la marque Rouiba ayant fait l’objet de destruction par les services douaniers libyens. Ces derniers avaient invoqué « la non-conformité de ces produits aux normes libyennes ».  Cette non-conformité en termes de teneur en fruit par rapport à ce qui est mentionné sur l’étiquetage concernait un lot de cinq milles caisses faisant partie d’un lot plus important de cent quarante mille caisses sur lequel la teneur en fruit était conforme.

Synonyme de qualité et gage de confiance, NCA-Rouiba SPA a toujours veillé à offrir aux consommateurs algériens – et ceux des marchés dans lesquels la marque est présente, des produits sûrs et de qualité supérieure, faits à base de fruits et de produits naturels, sans conservateur et au taux de sucre le plus bas du marché. NCA-Rouiba SPA est aussi une entreprise responsable et engagée qui – depuis sa création, contribue à l’essor économique de la Nation, en étant l’une des premières entités économiques algériennes à être cotée en bourse. Elle a aussi été l’une des premières sociétés de production à s’engager dans la voie de l’exportation de ses produits outremer, ce qui lui a valu le prix National du meilleur exportateur en 2015.

Preuve en est, NCA-Rouiba SPA a été la première entreprise agroalimentaire à être certifiée ISO 9002 version 1994, renouvelée en 2008 en Système de Management Intégré ISO 9001 & ISO 14001 pour le management de la qualité et le management environnemental. Le dernier audit de reconduction de ces deux référentiels a eu lieu en juillet 2018. NCA-Rouiba est aussi la première entreprise à avoir reçu le premier prix National de l’environnement en mai 2008 et le prix National de l’innovation en décembre 2013. C’est également la première entreprise algérienne ayant mis en place une démarche ISO 26 000 relative à la responsabilité sociétale des organisations. Enfin, NCA-Rouiba est certifiée HACCP ISO 22 000, norme relative à la sécurité des denrées alimentaires et a obtenu fièrement, en 2018, le très prestigieux label « Buvez Tranquille ».

Pour rappel, les produits Rouiba, en particulier, et tous les produits algériens destinés à l’exportation, jouissent d’une excellente réputation auprès des consommateurs des marchés vers lesquels ils sont destinés. Faisant l’objet d’amélioration continue, ces derniers répondent à tous les standards internationaux en termes de qualité et de packaging, a encore précisé le patron de Rouiba. 

Enfin M.Othmani a mis l’accent sur les lenteurs bureaucratiques de la Banque d’Algérie concernant l’investissement en Afrique, indiquant qu’un projet de montage de cinq usines au Bénin a été bloqué à cause de l’absence d’autorisation de l’institution bancaire algérienne.    

De son côté, le président de l’Association des producteurs algériens de boissons (Apab), Ali Hamani, qui est venu apporter son soutien à son partenaire, a affirmé que l’Algérie fait face à une guerre à l’export.

Pour rappel, Un lot de 5000 caisses de jus importé d’Algérie a été détruit par les autorités libyennes qui ont dit que les produits « ne sont pas conformes aux normes libyennes ».

Amel Bouchaib