Le projet de loi organique relatif à la création de l'Académie de langue amazighe est fin prêt - DIA
30861
single,single-post,postid-30861,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dia-assad-hca

Le projet de loi organique relatif à la création de l’Académie de langue amazighe est fin prêt

DIA-12 avril 2018: Le projet de loi organique relatif à la création de l’Académie de langue amazighe est fin prêt et comporte des dispositions à même de renforcer la place de la langue amazighe et définir les responsabilités des institutions de l’Etat dans le but de généraliser graduellement et promouvoir celle-ci , outre la protection de la créativité intellectuelle amazighe », a indiqué le secrétaire général du Haut commissariat à l’Amazighité (HCA), Si El Hachemi Assad.
S’exprimant en marge d’une conférence sur « la réalité de l’Amazighité en Algérie organisée par le Conseil de la nation en coordination avec le HCA au siège du Conseil, il a fait savoir que le projet de loi sera soumis au Parlement incessamment et que l’académie qui sera créée constituera un plus.
Pour Si El Hachemi le lancement de cette académie doit être fort, à la mesure des ambitions et des attentes des Algériens. Il a indique que « le texte de loi a déjà été examiné au niveau du Premier ministère à travers l’installation d’une commission restreinte regroupant cinq départements ministériels à savoir les ministères de  l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire, de la Culture, de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et la Recherche Scientifique et de la Formation Professionnelle ainsi que le HCA ».
Le contenu de cet avant-projet de loi sera rendu public après son examen en Conseil des ministres dans les prochaines semaines, avant sa présentation au Parlement durant ce premier semestre, comme décidé par le président Abdelaziz Bouteflika.
S’agissant des opposants à l’amazighité, à l’exemple de Naima Salhi qui a traité le militant de la cause berbère et Moudjahid Mouloud Mameri de «sioniste», le SG du HCA a réfuté les rumeurs faisant état de l’organisation d’un référendum sur l’enseignement de la langue amazighe dans les écoles. Il a rappelé que la Constitution l’a consacrée comme langue officielle.
Mieux encore, la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit avait déjà démenti cette rumeur. En termes plus clairs, la consécration de Tamazight langue nationale et officielle est irréversible et la création d’une Académie de la langue amazighe, signifie que l’Etat algérien accorde une importance capitale à Tamazight qui fait partie de l’identité nationale, n’en déplaise aux islamo-baâthistes qui s’illusionnent à travestir l’Histoire millénaire de l’Algérie amazighe.
Nassim Fateh