Rebrab risque de perdre ses parts dans Djezzy - DIA
42513
single,single-post,postid-42513,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dia-vip-djezzy

Rebrab risque de perdre ses parts dans Djezzy

DIA-17 Mai 2019: L’homme d’affaires Isaad Rebrab qui est actuellement incarcéré à la prison d’El Harrach, pourrait être amené à céder ses part dans Djezzy, a indiqué un expert en bourse. En effet, en cas de condamnation par la justice algérienne, le groupe Cevital qui est actionnaire dans la société Optimum Telecom Algérie (OTA), le nom officiel de Djezzy, à hauteur de 3% pourrait céder ses part à un des deux actionnaires: Le Fond National d’investissement (FNI) qui possède la majorité avec 51% et L’entreprise néerlandaise de télécommunication Veon (anciennement VimpelCom) qui possède 46%. Coté en bourse américaine Nasdaq, depuis 20 ans, Djezzy ne peut pas se permettre d’avoir un associé poursuivi en justice. 

Mais les avocats de Cevital ont déjà réagi pour faire face à cette situation juridique compliquée, puisque le fils de Isaad Rebrab, Malik, succède à son père à la tête du groupe.  Cadet des cinq enfants de Issad Rebrab, Malik Rebrab assurait jusque-là l’intérim de son père. Chargé du pôle industriel, son frère aîné Omar dirige la filière automobile, Salim est aux commandes de la grande distribution, Yacine s’occupe du département des véhicules utilitaires et travaux publics. Quant à Lynda, elle est présidente de l’entreprise française de charcuterie halal Isla mondial, créée en 1992, avant Cevital. Chacun des enfants Rebrab possède 12 % des parts du groupe Cevital, contre 40 % pour leur père. Juridiquement, les deux associés de Djezzy ne peuvent pas contester le changement à la tête du groupe Cevital, sauf si l’entreprise est condamnée. 

Arrêté dans la nuit du 22 au 23 avril pour « fausse facturation » et placé sous mandat de dépôt, le milliardaire algérien Issad Rebrab, 74 ans, n’a pas été encore jugé et son avenir demeure incertain. 

Mohamed Nassim