Règlement du conflit du Sahara occidental: Kohler rencontre Bourita à Lisbonne - DIA
29397
single,single-post,postid-29397,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-bourita-kohler

Règlement du conflit du Sahara occidental: Kohler rencontre Bourita à Lisbonne

DIA-06 mars 2018: L’Envoyé personnel du secrétaire général de l’Onu pour le Sahara occidental, Horst Kohler, a rencontré mardi à Lisbonne une délégation marocaine conduite par le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita, a annoncé le MAECI marocain sur son compte tweeter.

« La rencontre devrait se poursuivre toute la journée, suivie d’un diner de travail », a précisé le ministère marocain des Affaires étrangères et de la coopération internationale dans le même tweet.  

La rencontre entre la délégation marocaine et l’émissaire onusien s’inscrit dans le cadre des efforts engagés par l’Onu à l’effet de parachever le processus de décolonisation du Sahara Occidental occupé, qui avait permis également à M. Kohler de rencontrer l’autre partie au conflit, le Front Polisario, et les ministres des Affaires étrangères des deux pays observateurs, l’Algérie et la Mauritanie, respectivement, Abdelkader Messahel et Isselkou Ould Ahmed Izidbih. 

La rencontre, en février à Berlin, entre la délégation sahraouie conduite par le président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), secrétaire général du Front Polisario, Ibrahim Ghali et M. Kohler était « franche » et « positive » et avait porté sur les moyens d’aboutir à une solution « pacifique, juste et durable » garantissant au peuple sahraoui le droit à l’autodétermination, avait indiqué M’hamed Kheddad, membre du secrétariat national du Front Polisario et coordonnateur sahraoui avec la Minurso.

Les discussions entre les Sahraouis et Kohler, qui s’étaient étalées sur deux jours « étaient franches et positives et ont porté sur les voies de mise en application des décisions du Conseil de sécurité visant à trouver une solution pacifique, juste et durable qui permettrait au peuple sahraoui d’exercer son droit imprescriptible à l’autodétermination sur la base des constantes de la charte des Nations Unies », avait déclaré M. Kheddad. 

« Le Front Polisario a réaffirmé son soutien aux efforts de l’Envoyé personnel et du secrétaire général des Nations Unies à l’effet de parachever le processus de décolonisation du Sahara Occidental », a-t-il  ajouté.

Pour sa part, le ministre des Affaires étrangères, M. Abdelakader Messahel, avait rappelé lors des entretiens avec M. Kohler que la question du Sahara occidental, territoire inscrit depuis 1963 sur la liste des territoires non autonomes, « était une question de décolonisation dont le règlement doit se fonder sur l’exercice par le peuple du Sahara occidental de son droit inaliénable à l’autodétermination, conformément à la doctrine et à la pratique des Nations Unies en la matière ».

Messahel avait également rappelé l’importance que revêt le principe de l’intangibilité des frontières héritées au moment de l’accession à l’indépendance, pour l’ensemble des Etats africains.

Kohler avait adressé, en janvier dernier, une invitation au président sahraoui ainsi qu’au ministre marocain des Affaires étrangères pour des consultations bilatérales entre le Front Polisario et le royaume du Maroc, en présence des pays observateurs l’Algérie et la Mauritanie, représentés par leurs chefs de la diplomatie, et ce dans le cadre des concertations en application des résolutions du Conseil de sécurité et des efforts de l’ONU pour la décolonisation du Sahara occidental.