Réorganisation de Sonatrach par l'éviction des caciques et la promotion de 200 jeunes managers - DIA
34739
single,single-post,postid-34739,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dia-siege-de-sonatrach

Réorganisation de Sonatrach par l’éviction des caciques et la promotion de 200 jeunes managers

DIA-16 août 2018: Comme rapporté déjà par DIA, le P-dg du Groupe Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour a entamé l’opération main-propre afin de débarrasser Sonatrach de ses caciques. Ces derniers se considéraient comme indéboulonnables à tel enseigne qu’ils avaient exagéré dans le recrutement sur la base du népotisme. C’est ainsi que Sonatrach était devenue une citadelle d’incompétents pour ne pas dire de corrompus.
L’actuel P-dg s’attèle à assainir le Groupe Sonatrach en lui insufflant un nouveau sang. Il a annoncé à partir de Annaba que le Groupe pétrolier national vise, à travers sa stratégie à l’horizon 2030 (SH 2030), la formation et la préparation de 200 managers sur la base de la « performance et l’excellence pour diriger l’avenir de Sonatrach ».
« Le Groupe Sonatrach place l’élément humain au cœur de sa stratégie pour développer ses activités et atteindre la performance », a précisé Ould Kaddour, affirmant  que les 200 jeunes managers « seront formés conformément aux normes internationales dans les domaines de la gestion et du mangement pour se mettre au diapason du progrès, notamment dans les spécialités gestion et leadership adoptées par les grandes entreprises stratégiques ».
« Huit (8) vice-présidences ont été déjà créées dans le cadre de cette stratégie et visent à mieux dispatcher les missions de l’entreprise et valoriser le fonctionnement du Groupe », a relevé le même responsable, attestant de sa « confiance en les compétences de Sonatrach ».
Il a rappelé que Sonatrach a enregistré, au cours des huit dernières années, la perte de près de 16 000 cadres et fonctionnaires spécialisés dans les activités liées aux hydrocarbures, soulignant que « le moment était venu pour arrêter cette hémorragie » à travers, a-t-il appuyé, « des mesures et des dispositions devant assurer la stabilité de la ressource humaine et lui permettre de prendre des initiatives et de prouver sa compétence dans les domaines de la gestion et la prospection ».
« Sonatrach ambitionne de placer, à travers la SH 2030, le groupe pétrolier national parmi les cinq meilleures compagnies pétrolières au monde (TOP 5), a-t-il soutenu.
En somme, Ould Kaddour sonne le glas pour les vieux caciques qui ont mené la vie dure aux compétences, lesquelles avaient été contraintes de quitter Sanatrach.
Amir Hani