Reprise des gardes des médecins résidents : entre l'offre de dialogue de Hesbelaoui et les menaces de Hadjar - DIA
32794
single,single-post,postid-32794,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-résident grève

Reprise des gardes des médecins résidents : entre l’offre de dialogue de Hesbelaoui et les menaces de Hadjar

DIA-13 juin 2018: La grève illimitée déclenchée par Le Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA) tend vers au dénouement. Après un durcissement dans les positions des différentes parties, les médecins résidents qui sont en grève depuis novembre 2017, reviennent à de meilleurs sentiments en décidant de reprendre les gardes à partir de ce mercredi. La décision des médecins résidents est intervenue après le geste d’apaisement du ministère de la Santé de reprendre le dialogue.
Dans le souci de « restaurer le cadre d’une concertation apaisée », le Collectif des médecins résidents « a décidé d’une reprise de l’activité de gardes d’urgences de 16h à 8h dans toutes les structures hospitalo-universitaires du pays à compter du mercredi 13 juin 2018 », précise le CAMRA dans un communiqué.
Le Collectif a souligné que « cette décision intervient en signe de bonne volonté en réponse à la promesse de dialogue affirmée par le ministre de la Santé, mais également afin de trouver une issue favorable et rapide à cette crise qui n’a que trop duré et dont nos patients et la famille médicale sont les premières victimes ».
Les médecins résidents ont réaffirmé, par ailleurs, leur attachement aux revendications qu’ils ont déjà soulevées et qu’ils demeurent « mobilisés » pour « défendre leurs droits ».
Cependant, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique risque de perturber ce retour à la raison par ses menaces à l’encontre des médecins résidents.
En ce sens, l’examen du diplôme d’études médicales spécialisées (DEMS) pour l’ensemble des résidents se déroulera durant la période allant du 1er au 19 juillet, conformément aux textes règlementaires en vigueur, selon le ministère de l’Enseignement supérieur.
Cette session de rattrapage fait suite à la session normale qui s’était tenue du 18 mars au 12 avril de l’année en cours, a rappelé le ministère, précisant, cependant, que « les candidats n’ayant pas passé l’examen de la session normale, et à titre exceptionnel, seront autorisés à s’inscrire au niveau de leur département respectif, au cours de la période programmée du 17 au 24 juin 2018, afin de pouvoir se présenter à cet examen s’ils le souhaitent ».
Le ministère a noté que « cette session de rattrapage sera la dernière à être organisée pour l’année universitaire 2017/2018 », menaçant les candidats qui ne s’y présenteront pas qu’ils « seront considérés en situation d’abandon d’étude et par conséquent exclus ».
Amir Hani