Saisie de plus de 5.000 chardonnerets à Tlemcen, un exemple que Zerouati doit suivre - DIA
35753
single,single-post,postid-35753,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Zerouati

Saisie de plus de 5.000 chardonnerets à Tlemcen, un exemple que Zerouati doit suivre

DIA-18 septembre 2018: La ministre de l’Environnement et du Développement durable, Fatma-Zohra Zerouati gagnerait à suivre ou à s’inspirer de l’exemple de la wilaya de Tlemcen au lieu de se donner en spectacle en balayant les rues d’Alger. A Tlemcen, quelques 5.304 chardonnerets ont été saisis entre 2017 et 2018, en application de la législation portant protection des espèces animales non domestiques.
Il s’agit en fait d’une espèce d’oiseaux protégés en Algérie. Ce nombre impressionnant de chardonnerets a été saisi par la gendarmerie nationale, les douanes algériennes et la commission de wilaya de Tlemcen chargée de lutter contre le commerce illicite et le braconnage au niveau des marchés hebdomadaires et au niveau des frontières algéro-marocaines.
La ministre de l’Environnement qui ne fait rien pour arrêter le braconnage des chardonnerets qui sont en voie d’extinction en Algérie, préfère les actions populistes comme le nettoyage des rues, alors que cette mission est dévolue à des entreprises de nettoyage et d’assainissement.
Le commerce des chardonnerets est florissant en Algérie et il existe des marchés tristement célèbres pour la vente des ces oiseaux, notamment à Bab El Oued, El Harrach et Souk Ahras. Mais la ministre ne semble rien voir, alors qu’elle aurait pu déclencher une opération d’arrestation de toute personne activant dans ce commerce illicite car il s’agit bel et bien de braconnage. La ministre ne ferait qu’appliquer la loi, au lieu de se consacrer dans des actions sans intérêts pour l’environnement.
Toutefois, il ne faut pas trop blâmer Fatma-Zohra Zerouati, quand on sait que l’environnement et le développement durable sont les parents pauvres du gouvernement algérien. A l’exception de Cherif Rahmani qui est un véritable militant de l’environnement (il est président de la Fondation Déserts du monde), les autres ministres qui se sont succédé à la tête de ce département n’ont pratiquement rien fait pour la protection de l’environnement et le développement durable. Pour preuve, les chardonnerets sont exterminés dans certaines régions du pays. 
Amir Hani