Le SG du HCA qualifie Naima Salhi et Ferhat Mehenni de «pollueurs» - DIA
39233
single,single-post,postid-39233,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dia-assad-hca

Le SG du HCA qualifie Naima Salhi et Ferhat Mehenni de «pollueurs»

DIA-09 janvier 2019: Le secrétaire général du Haut commissariat à l’Amazighité (HCA), Si El Hachemi Assad, a qualifié de «pollueurs» ceux qui utilisent l’Amzighité comme fonds de commerce ou provoquent des polémiques sur des sujets en relation à l’Amazighité.
En ce sens, Assad a regretté que « des pollueurs prônent le discours de la haine, lequel n’a plus de place en Algérie », soulignant que « le mot d’ordre, c’est l’unité dans la diversité car Yennayer et Tamazight demeurent des facteurs de cohésion et une valeur ajoutée à l’unité nationale ».
Pour rappel, le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK) a longtemps fait de Yennayer un fonds de commerce, revendiquant que ce le 12 janvier de chaque année soit décrété jour férié et fête nationale. Depuis que le président de la Répuiblique Abdelaziz Bouteflika a décrété Yennayer jour férié, chômé et payé, le MAK a perdu une de ses revendications.
Quant à la présidente du Parti pour l’équité et la proclamation, Naima Salhi, elle fait de l’Amazighité un sujet à polémique. 
Pour mettre contrecarrer ce débat stérile, le SG du HCA dit « se référer à la décision courageuse du Président de la République de consacrer Yennayer journée chômée et payée », soulignant que cette décision « définit l’orientation prônée pour la réhabilitation de l’amazighité dans son ensemble »
 « Tamazight est un facteur de cohésion qui consolide davantage la fraternité et le vivre-ensemble entre les citoyens car c’est une fête célébrée par tous les Algériens depuis les temps les plus reculés. C’est un marqueur identitaire dont il faut être fier », a souligné M. Assad, mettant en exergue « la reconnaissance sur le plan linguistique mais aussi sa profondeur anthropologique, sociologique et historique ». 
Mohamed Nassim 

shares