Le SNAPAP salue l'appel du Premier ministre Tebboune au dialogue national - DIA
21804
single,single-post,postid-21804,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-tebboune

Le SNAPAP salue l’appel du Premier ministre Tebboune au dialogue national

DIA-08 août 2017: Alors qu’on pensait le projet enterré, le Syndicat national autonome des personnels de  l’administration publique (SNAPAP) a salué mercredi l’appel du Premier  ministre Abdelmadjid Teboune à un dialogue national associant toutes les  composantes de la société.

Le secrétaire général du syndicat Belkacem Felfoul a indiqué dans un  point de presse à Alger que le SNAPAP  « salue l’appel du Premier ministre  au dialogue national », affirmant que le secrétariat national a examiné lors  de sa dernière réunion les moyens d’une participation effective au  dialogue.

Le secrétariat national a décidé, a-t-il ajouté, de « créer trois  commissions nationales chargées d’étudier les dossiers relatifs au code du  travail, à la loi sur la retraite et à la loi sur la santé. Des rapports  seront soumis au Premier ministère », a-t-il précisé.

Evoquant les revendications du syndicat concernant ces dossiers, M.  Felfoul a souligné « la nécessité de revoir le nouveau code du travail,  concernant notamment les restrictions apportées à l’action syndicale, le  droit de grève, et les œuvres sociales dont nous exigeons le maintien au  niveau de la base ».

Concernant la loi sur la retraite, le SNAPAP demande « le maintien de la  retraite sans condition d’âge en comptabilisant 32 ans d’expérience ».

S’agissant de la loi sur la santé, le syndicat demande qu’elle soit revue  par « des spécialistes et des experts, et enrichie à travers un débat  national avant de la soumettre au parlement ».

M. Felfoul a abordé la question du pouvoir d’achat du citoyen, soulignant  la nécessité de retenir « l’option de l’aide ciblée, une responsabilité qui  incombe aux communes habilitées à établir la liste des démunis ».

Il a évoqué les actions de protestation organisées récemment par la  fédération des personnels du secteur des finances affiliée au SNAPAP,  appelant le ministre du secteur à « ouvrir un dialogue sérieux » pour trouver  des solutions aux problèmes exposés.