La sociologue algérienne Lazreg Marnia distinguée à New York pour ses travaux académiques - DIA
29420
single,single-post,postid-29420,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Lazreg Marnia

La sociologue algérienne Lazreg Marnia distinguée à New York pour ses travaux académiques

DIA-08 mars 2018: L’universitaire et sociologue algérienne, Lazreg Marnia, a été honorée par la Société des Consuls généraux (Sofc) à New York pour ses £uvres académiques et ses contributions importantes dans le domaine de la promotion des droits de la femme.

Lazreg Marnia, professeur de sociologie à l’université Hunter College de New York, s’est vue décernée le certificat de reconnaissance de la Sofc, lors d’une cérémonie organisée à New York à laquelle ont pris part les représentants du corps diplomatique et consulaire et les autorités du pays hôte.

Auteur de plusieurs ouvrages de référence traitant des classes sociales et des mouvements culturels, le professeur Lazrag Marnia s’est également intéressée, tout au long de sa carrière académique, aux questions des droits des femmes, de l’histoire coloniale et du développement international.

Ses travaux traduits en plusieurs langues lui ont valu d’être nommée consultante pour le programme des Nations Unies pour le développement et coordinatrice de la Banque Mondiale sur la question du genre pour l’Europe et l’Asie centrale.

La lauréate a également organisé et dirigé plusieurs ateliers sur les questions liées aux femmes et à leur développement au Moyen Orient, en Afrique du Nord et en Asie.

Elle est aussi à l’origine de plusieurs publications, dont entre autres: « Emergences des classes en Algérie: études sur le colonialisme et le changement socio-politique », « L’Eloquence du silence: les femmes algériennes en question », « La Torture et le déclin de l’empire colonial: d’Alger à Bagdad », ainsi que « Questionner le voile: lettre ouverte aux femmes musulmanes ».

Intervenant lors de cette cérémonie, la Consule générale d’Algérie à New York, Mme Sabria Boukadoum, a mis en avant les réalisations et les contributions de la sociologue, soulignant son rôle dans la sensibilisation sur les pratiques des empires coloniaux à l’égard des femmes à travers le monde.

Il s’agit de la troisième distinction consécutive décernée par la Sofc à des femmes algériennes qui se sont illustrées dans divers domaines de la recherche scientifique.

La Sofc, plus grand corps consulaire au monde comprenant 115 consulats généraux, a déjà récompensé en 2016 Mme Hakima Amri, professeur agrégée de biochimie et physiologie à l’Université de Georgetown et en 2017, Mme Rouni Rahmouna consultante et experte en qualité des produits pharmaceutiques.

« Toutes les trois sont des membres illustres et actives de notre communauté aux Etats-Unis », a relevé Mme Boukadoum.