DIA | Sondage Arab index : 99% des algériens refusent de reconnaître Israël et 61% estiment que la France est une menace
55644
post-template-default,single,single-post,postid-55644,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Sondage Arab index : 99% des algériens refusent de reconnaître Israël et 61% estiment que la France est une menace

DIA-09 octobre 2020: Le Centre arabe de recherche et d’études politiques (Arab Center for Research and Policy Studies, ACRPS), basé dans la capitale qatarie Doha, a publié mardi les résultats de la septième édition de l’Indice d’opinion arabe 2019-2020, qui concerne 13 pays, dont l’Algérie.

L’étude de 61 pages réalisée entre novembre 2019 et juillet 2020, a inclus 28 000 répondants interrogés directement, dans le cadre d’un échantillon représentatif des pays auxquels ils appartiennent, avec une marge d’erreur comprise entre 2 et 3%.

Dans ce sondage très intéressant, les interrogés ont répondu à des questions dans ce sondage sur des questions sur la religion, la politique, la Palestine et les révolutions arabes.

Ainsi dans ce sondage on découvre que 61 % des algériens interrogés estiment que l’Algérie est menacée par la France contre 11% par Israël et 2% par les Etats Unis.  

Concernant la religion l’enquête de l’ACRPS a révélé que 50% des répondants algériens s’opposent à l’affirmation «aucune partie n’a le droit d’expier ceux appartenant à d’autres religions» contre 03 % qui acceptent et 21% ayant refusé de répondre.

La majorité des interviewés a également exprimé son rejet de l’influence des cheikhs religieux dans les décisions du gouvernement ou la manière dont les électeurs votent. Près des deux tiers des répondants algériens ont également exprimé leur rejet de l’utilisation de la religion par l’État pour obtenir le soutien du peuple pour ses politiques et leur rejet des candidats aux élections utilisant la religion afin de décrocher le vote de l’électorat.

Le Hirak en Algérie et au Soudan

Le Centre arabe de recherche et d’études politiques s’est bien sûr intéressé au Hirak et là, l’indice rapporte aussi que 71% des algériens ont exprimé leur soutien au Hirak contre 06 % qui s’y sont opposés, alors que 23% des répondants ne donnent aucune réponse. En revanche, les 20% des algériens soutiennent le hirak au Soudan contre 6% qui s’opposent et 74% qui ne se prononcent pas.  

Au total, 58% des répondants du monde arabe ont estimé que les révolutions observées dans certains pays arabes sont un phénomène positif, contre 28% qui les considèrent comme négatives.

Les algériens premiers à soutenir la cause palestinienne

Concernant la cause Palestinienne, 88% de l’ensemble des répondants à ce sondage ont exprimé leur refus de reconnaître Israël comme Etat, contre 6% qui ont dit accepter cette reconnaissance, dont la moitié s’est dite pour la reconnaissance à condition qu’elle permette l’établissement d’un Etat palestinien indépendant. Le taux le plus élevé de refus de reconnaître Israël a été enregistré en Algérie (99%), au Liban (94%) et en Tunisie et en Jordanie (93%).

De plus, 94% des répondants algériens ont affirmé que «la question palestinienne est la question de tous les Arabes», contre 03% estimant que «les Palestiniens seuls doivent travailler pour la résoudre».

Concernant les établissements qui sécurisent leur pays, 63% des interviewés arabes considèrent que l’armée reste l’institution qui apporte le plus de sécurité, suivi de la Police avec 39%, 33 % pour les tribunaux, 32% pour la justice, 28% pour le gouvernement, 21% pour les assemblés élues, 17% les médias locaux 17% les communes et 16% pour les entreprises privées.

Le sondage d’Arab Index qui regroupe plus 61 pages évoque également la relation du monde arabe avec les médias et les réseaux sociaux, DIA va revenir sur ces deux sujets dans nos prochaines éditions.    

Amir Hani