DIA | Suzuki s’installe: L’indsutrie automobile en Algérie prend son envol
14875
post-template-default,single,single-post,postid-14875,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Suzuki s’installe: L’indsutrie automobile en Algérie prend son envol

DIA-01 février 2017: L’industrie automobile en Algérie commence peu à peu à prendre son envol. Après Renault, Hyundai et Volkswagen, c’est au tour du géant Japonais Suzuki de venir installer une usine de montage dans la wilaya de Saida dès le mois de mars prochain.

C’est le wali de Saida, Djelloul Boukarbila qui a fait l’annonce hier en précisant que l’usine qui sera concrétisée par le groupe Tahkout,  sera implantée dans la zone industrielle de Saida, basée au site de l’ex-Prométal.  Neuf ingénieurs étrangers ont déjà lancé, la semaine dernière, les travaux de terrassement du terrain où sera réalisée l’usine. Il est prévu le montage de deux modèles de véhicules touristiques, à savoir la Suzuki Alto et la Swift durant le premier trimestre de l’année en cours.

Lors de la rencontre avec le wali, les initiateurs du projet se sont engagés à produire 15.000 véhicules par an dans une première étape. Ce chiffre atteindra les 100.000 véhicules/an dans un délai de cinq ans. Outre le montage de ce type de véhicules touristiques, il est prévu également la fabrication sur ce site de moteurs et de boites à vitesse de ces modèles. Le projet devra  générer, dans une première étape, 400 emplois au profit des jeunes de la région.

Durant ces dernières années, différentes marques d’automobiles mondiales ont implanté leurs usines de montage dans le pays. On constate un engouement de la part des constructeurs automobiles pour la création d’unités de production en Algérie. La venue de Renault, semble avoir ouvert la voie aux autres marques et changé leurs attitudes vis-à-vis du marché Algérien.

Hyundai s’est également doté de son usine à Tiaret, où le premier véhicule est sorti le 29 octobre dernier. L’usine produira dans une première phase pas moins de 30.000 véhicules/an pour élever sa capacité à 100.000 unités par an en 5 ans. Ce projet vise  un taux d’intégration atteignant les 40% dans les cinq années qui suivront la mise en production de l’usine.

Un autre géant mondial est également installé en Algérie, à Relizane plus exactement. En l’occurrence Volkswagen. Une délégation du groupe Volkswagen a en effet signé en novembre 2016 un protocole d’accord  pour la réalisation d’une usine de fabrication de véhicules en Algérie. Le groupe Sovac, représentant officiel de Volkswagen en Algérie, a entamé en septembre dernier les travaux de construction de l’usine de Relizane. La première voiture sortira avant la fin du premier semestre 2017. Selon Sovac, la nouvelle usine nécessitera  un investissement de 170 millions d’euros. Elle aura une capacité de 10 000 unités par an dès le lancement de la production et de 100 000 unités à l’horizon 2022.

En attendant Peugeot, Toyota et BMW

Pour sa part, la marque Peugeot, qui occupe une place confortable dans le marché Algérien n’a pas encore réussi à mettre son pied en Algérie. L’engagement du constructeur Français qui devait commencer à produire 3 types de véhicules dès 2017 a été émaillé par des  divergences sur les objectifs en matière de taux d’intégration, ce qui a conduit au report de l’implantation. Mais selon des rapports médiatiques, les négociations avancent bien et un accord devrait été conclu prochainement.

Un autre géant mondial voudrait également avoir son usine de montage dans le pays. Il s’agit de Toyota, qui d’aprèsl’ambassadeur du Japon, voudrait implanter sa filiale Hino Motors, spécialisée dans la construction des camions et des bus.

Par ailleurs, il semblerait que le fameux constructeur Allemand BMW, est sur le point d’installer son usine de montage de véhicules en Algérie. Dans le cadre d’un partenariat avec l’entreprise Luxury Motor Works, une joint-venture entre le groupe Mehri (51%) et Abu Dhabi Motors (49%). La marque allemande de voitures haut-de-gamme est en négociation avancée et pourrait signer le contrat « dans les tout prochains jours ».

Si on additionne les prévisions de production de ces différentes usines, le chiffre atteindra les 500.000 véhicules d’ici la fin de la décennie.

Ainsi, si les projets BMW et Toyota venaient à se concrétiser, cela donnera un sacré élan à l’industrie automobile dans le pays.

Lamine Reda

2 Comments

  • OuiMais
    1 février 2017 10:41

    Cet inattendu essor de l’industrie automobile pourrait être d’une toute autre utilité si la ZALE était mise en vigueur sur ce sujet .
    Ceci dépendant , bien entendu , et des clauses de l’accord ZALE et des pressions gouvernementales sur les maisons-mères pour l’occtroi d’exclusivités sur modèles produits chez nous dans les pays arabes .

  • Sami
    1 février 2017 18:46

    Le but est de fournir d’abord le marché algérien qui est très tendu en ce moment. L’exportation est une deuxième étape: Volkswagen veut d’ailleurs faire de l’Algérie sa plateforme d’exportation vers l’Afrique.

Envoyer un commentaire