DIA | Le Tribunal administratif de Bir Mourad Rais juge illégale la grève de l’intersyndical
39508
post-template-default,single,single-post,postid-39508,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le Tribunal administratif de Bir Mourad Rais juge illégale la grève de l’intersyndical

DIA-21 janvier 2019: Le tribunal administratif de Bir Mourad Rais a rendu lundi soir des jugements déclarant illégale la grève la grève, à laquelle, a appelé le collectif des syndicats autonomes du secteur de l’éducation dans les trois paliers, a-t-on appris auprès du ministère de l’Education nationale.
« Les jugements rendus par cette juridiction portent les numéros 213/19 pour le Syndicat national autonome des professeurs de l`enseignement secondaire et technique (SNAPEST), 216/19 pour le Syndicat national des travailleurs de l’éducation (SNTE), 215/19 pour l’Union nationale du personnel de l’éducation et de la formation (UNPEF), 214/19 pour le Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (SATEF) et 217/19 pour le Conseil des lycées d’Algérie (CLA) », a-t-on précisé de même source.
Le ministère de l’Education nationale avait indiqué dans la journée que le taux de suivi de cette grève au niveau national était de l’ordre de 8,27% entre personnels pédagogique et administratif, alors que les syndicats ont évoqué un taux « large et plus qu’acceptable ».  
Är ailleurs, la grève a été suivie à 8,27 % au niveau national, a-t-on appris auprès du ministère de l’Education nationale. Ce taux englobe « les personnels pédagogique grévistes avec un taux de suivi de 11,16 % et 2,03 % des personnels administratifs », a-t-on précisé de la même source.
Pour leur part, les cinq (5) syndicats relevant de ce Collectif, à savoir l’Union nationale du personnel de l’éducation et de la formation (UNPEF), le Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (SATEF), le Conseil des lycées d’Algérie (CLA), le Syndicat national autonome des professeurs de l`enseignement secondaire et technique (SNAPEST) et du Syndicat national des travailleurs de l’éducation (SNTE) ont affirmé que le taux de suivi de cette grève « était large et plus qu’acceptable ».
Dans ce cadre, le porte parole du CLA, Zoubir Rouina a déclaré à l’APS que le taux de suivi avait atteint 57 % au niveau national », réaffirmant « l’attachement » du collectif syndical  aux sit-in de protestation prévus (demain) mardi devant les directions de l’Education à travers le territoire national ».
De son côté, le Secrétaire général du SATEF, Boualem Amoura a affirmé que « le taux de suivi était fort dans les deux cycles primaire et moyen tandis que le taux de suivi dans le cycle secondaire était mitigé, critiquant ce qu’il a appelé « les menaces de l’administration contre les grévistes dans le but de briser ce mouvement de protestation ».
Le taux de suivi de la grève des établissements scolaires à travers le territoire national était mitigé. Au niveau des établissements scolaires de communes au Centre et à l’Ouest d’Alger le taux de suivi était « notable » dans les lycées, et « mitigé » au sein des collèges et des écoles primaires, a constaté l’APS.
L’appel à la grève a reçu un « faible » échos dans les wilayas du Centre du pays. Dans la wilaya de Blida, à l’exception de quelques classes du primaire, l’appel n’a pas eu l’écho escompté, puisque les cours ont été dispensés de façon ordinaire dans les trois cycles éducatifs de la wilaya, où les élèves ont rejoint leurs classes le plus normalement du monde.
Même constat à Médéa où l’appel à la grève lancé par l’intersyndicale de l’éducation a été « peu suivi », et où la majorité des établissements éducatives des trois paliers ont « fonctionné normalement », hormis quelques débrayages observés dans des écoles primaires et un nombre « très limité » de CEM, un fait qui a soulagé un grand nombre de parents.
A Bouira, l’appel à la grève n’a pas été suivi du fait que la majorité des enseignants de la wilaya ont adhéré au Conseil national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Cnapest), qui a refusé d’y adhérer.
Dans la wilaya de Tizi-Ouzou, la majorité des établissements scolaires ont ouvert leurs portes aux élèves puisque l’appel à la grève n’a pas été suivi de la grande partie des enseignants, a-t-on constaté dans des établissements des villes de Tadmait, Draa Ben Khedda et Tizi-Ouzou.
Concernant les wilayas de l’Est du pays, La grève a suscité des taux de suivi disparates. Dans la wilaya de Constantine, le taux de suivi a été de 11,5 % dans le palier secondaire et n’a pas dépassé 8 % au moyen, alors qu’au au primaire il était de l’ordre de 2 %, a assuré le directeur de wilaya de l’éducation, Mohamed Bouhali. De leur côté, les représentants de l’intersyndicale ont fait état d’un taux de suivi supérieur à 70 %. 
A Sétif, la moyenne de suivi de la grève dans le primaire et le moyen a été de 9,95 %, selon le chargé de communication de la direction de l’éducation, Imad Selami, tandis que le président du bureau de wilaya du syndicat national des personnels de l’éducation et de la formation, Tahar Bali, a estimé ce même taux à 79 %.