DIA | Trois candidats déposent leurs dossiers au Conseil constitutionnel ce samedi
40487
post-template-default,single,single-post,postid-40487,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Trois candidats déposent leurs dossiers au Conseil constitutionnel ce samedi

DIA-03 mars 2019: Trois nouveaux candidats à l’élection présidentielle du 18 avril prochain ont déposé leurs dossiers ce samedi au niveau du Conseil constitutionnel. Il s’agit du président du Mouvement El-Bina Abdelkader Bengrina, le président du Parti de la victoire nationale (PVN), Adoul Mahfoud et le président du parti du Front Al-Moustakbel, Abdelaziz Belaid.
Ces trois candidats viennent s’ajouter aux deux autres candidats qui ont déposé jeudi dernier leurs dossiers, en l’occurrence le président du Rassemblement algérien, Ali Zeghdoud et le candidat libre Abdelhakim Hamadi. En tout, cinq candidats ont déposé leurs dossiers, sachant que le dernier délai de dépôt est fixé pour ce dimanche 3 mars à minuit.
S’exprimant lors d’une conférence de presse, avant le dépôt de son dossier, Bengrina a affirmé qu’il ambitionnait de « faire entendre la voix du peuple » et à « tendre l’oreille à ses préoccupations, intérêts et aspirations », ajoutant qu’il projetait d’édifier « une deuxième République ayant pour fondements, la préservation des constantes, le correction des insuffisances et l’adaptation à la nouvelle ère ».  
« L’Algérie a besoin actuellement d’un programme qui associe tout un chacun pour la définition de ses priorités », a assuré le président du Mouvement El-Bina, soulignant que ce programme ne saurait se concrétiser sans un « dialogue national regroupant l’ensemble des partis et des différentes élites, avec un gouvernement national et un programme économique préservant la stabilité et amorçant une véritable relance économique ». 
De son  Adoul Mahfoudh a indiqué que son dossier « répond à toutes les conditions prévues dans la Constitution et la loi organique portant régime électoral », annonçant avoir « collecté 62.000 signatures auprès des électeurs, à travers 27 wilayas ».
Précisant que son objectif était de « consacrer un processus démocratique authentique et de préserver les institutions de l’Etat », il a critiqué « certaines » entraves administratives auxquelles avaient fait face les militants de son parti lors de la collecte des signatures, appelant à cet effet à la révision du régime électoral.
Pour sa part, Abdelaziz Belaid a indiqué qu’il avait « collecté 115.000 signatures auprès des électeurs, à travers les 48 wilayas et 1748 signatures d’élus locaux ».
« Partant de sa conviction que le peuple algérien veut le changement et la réalisation d’une transition calme et souple, l’instance de coordination du parti qui s’est réunie samedi matin, suite au récent mouvement populaire, a décidé de participer à la prochaine présidentielle », a fait savoir Belaid, soutenant qu’il sera « l’alternative », d’autant que son parti « dispose d’un programme et a déjà prouvé son aptitude à accomplir davantage de réalisations ».
 
Amir Hani