Trump dit avoir trouvé un accord sur le groupe chinois ZTE - DIA
32341
single,single-post,postid-32341,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-ZTE

Trump dit avoir trouvé un accord sur le groupe chinois ZTE

DIA-26 mai 2018: Le président américain Donald Trump a dit vendredi avoir trouvé un accord pour régler le contentieux sur le groupe chinois de télécoms ZTE, provoquant la colère d’élus du Congrès, démocrates ou même républicains. 

« Je l’ai (ZTE) fermée maintenant laissons-la rouvrir avec d’importantes garanties sécuritaires, un changement dans le management et le conseil d’administration, l’obligation d’acheter des composants américains et une amende d’1,3 milliard de dollars », a écrit sur Twitter le président américain. 

Son administration avait imposé mi-avril l’interdiction d’exporter des composants électroniques américains comme les microprocesseurs indispensables à la fabrication des smartphones de ZTE, ce dernier ayant violé ses engagements sur le respect des embargos commerciaux contre l’Iran et la Corée du Nord, selon Washington.

Cette interdiction, décrétée pour sept ans, a conduit le groupe chinois à la cessation de l’essentiel de ses activités mettant quelque 75.000 emplois en péril.

Un peu plus tôt vendredi, le New York Times, citant une source proche du dossier, affirmait que le président Trump avait annoncé au Congrès avoir trouvé un accord pour régler ce contentieux. 

Selon les termes de cet accord, qui avaient déjà été esquissé mardi par le président américain, ZTE s’acquitterait d’une amende et changerait radicalement sa direction.

Le quotidien affirmait en outre que des responsables américains seraient également embauchés pour s’assurer que ZTE se mette en conformité avec la loi américaine.

Dans l’après-midi de vendredi, la cheffe des démocrates à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, s’en était pris directement au dirigeant républicain sur Twitter: « L’accord sur ZTE est une trahison ahurissante du peuple américain ».
Le sénateur démocrate de l’Etat de New York Chuck Schumer avait lui aussi dénoncé la perspective d’un accord.

Si l’administration signait un tel accord, « le président Trump permettrait de rendre sa grandeur à la Chine », a-t-il tweeté vendredi, parodiant le slogan du candidat Trump lors de la campagne présidentielle de 2016, « Make America Great Again » (Rendons sa grandeur à l’Amérique).

Il a en outre appelé les deux partis du Congrès à unir leurs forces pour arrêter cet accord.

Donald Trump a également décrié vendredi soir la politique économique de ses prédécesseurs ayant « laissé l’entreprise de télécoms ZTE prospérer sans contrôles de sécurité ».

Il a encore fustigé les démocrates pour leurs « soi-disant accords commerciaux qui sont la risée du monde! ».

Le sénateur républicain de l’Etat de Floride Marco Rubio, qui avait déjà dénoncé cette semaine la perspective d’un accord, a réitéré ses critiques vendredi. « C’est un bon accord… pour ZTE et la Chine. La Chine écrase les entreprises américaines sans pitié et ils utilisent ces entreprises de télécommunications pour nous espionner et nous voler », a-t-il écrit dans un tweet.

Dès mardi, le président américain avait tracé les contours d’un accord.

« J’envisage une très forte amende. J’envisage peut-être un nouveau management, un nouveau comité de directeurs, des règles de sécurité très strictes », avait-il déclaré lors d’une conférence de presse, ajoutant que l’amende pourrait s’élever « à 1,3 milliard » de dollars.

Mais il avait alors indiqué qu’il n’y avait pas encore d’accord.

ZTE avait initialement été condamné en mars 2017 à 1,2 milliard de dollars d’amende. Les autorités américaines avaient alors assorti cette amende d’une demande de changement au sein de la direction.