Tunisie: mandat de dépôt contre un enquêteur de l'ONU accusé d'«espionnage» - DIA
41644
single,single-post,postid-41644,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
tunisie

Tunisie: mandat de dépôt contre un enquêteur de l’ONU accusé d’«espionnage»

La justice tunisienne a annoncé aujourd’hui avoir émis un mandat de dépôt contre un fonctionnaire de l’ONU, Moncef Kartas, arrêté en mars par les autorités qui l’accusent d’«espionnage».

De nationalité tunisienne, expert de la gouvernance sécuritaire et membre du panel d’experts du comité des sanctions sur la Libye, Moncef Kartas a été arrêté le 26 mars à son arrivée à Tunis et maintenu depuis en détention.

«Le juge d’instruction a émis un mandat de dépôt contre Kartas et une autre personne, et ordonné l’ouverture d’une enquête sur l’acquisition d’informations sécuritaires liées à la lutte contre le terrorisme et la diffusion de ces informations en violation de la loi», a indiqué à l’AFP Sofiene Selliti, porte-parole du Parquet.

En mars, les autorités tunisiennes avaient indiqué que Moncef Kartas était soupçonné «d’espionnage au profit de parties étrangères», sans les identifier. «Des documents secrets contenant des données détaillées sensibles susceptibles de porter atteinte à la sécurité nationale ont été saisis, ainsi que des équipements techniques interdits dans notre pays, qui peuvent être utilisés pour brouiller ou intercepter des communications», avait alors indiqué le ministère tunisien de l’Intérieur dans un communiqué.

L’ONU avait rappelé qu’en tant qu’expert mandaté par les Nations unies, Moncef Kartas bénéficie d’une immunité diplomatique. L’ONG Human Rights Watch avait appelé Tunis à «expliquer immédiatement cette arrestation choquante de Kartas» et à «lui permettre d’avoir accès à un avocat», rappelant que la Tunisie est dans «l’obligation de coopérer avec les enquêtes du comité» d’experts de l’ONU.