USMA-Forces aériennes d'Irak : Serrar dénonce le manque de maturité politique de Berraf - DIA
35497
single,single-post,postid-35497,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Serrar

USMA-Forces aériennes d’Irak : Serrar dénonce le manque de maturité politique de Berraf

DIA-11 Septembre 2018: La réaction du directeur général de l’USM Alger, Abdelhakim Serrar, qui a animé une conférence de presse, est venue pour calmer les esprits et rappeler que les relations algéro-irakiennes sont séculaires et ce n’est pas un match de football qui va les altérer.
Dans ce sens, c’est en fin diplomate que Serrar a défendu les supporters de l’USMA tout en descendant en flammes le président du Comité olympique algériens (COA), Mustapha Berraf, suite au communiqué publié par le COA concernant les slogans et les chants des supporters usmistes. Ces deniers avaient glorifié le regretté président irakien Saddam Hussein, lors du match de coupe arabe des clubs USMA-Forces d’Irak, disputé samedi dernier à Bologhine.
Serrar a d’abord défendu les supporters de l’USMA qui scandaient «Allaho Akbar Sadam Hussein». Il a fait savoir que «l’intention des supporters de l’USMA n’était pas de nuire ou de narguer les joueurs de l’équipe irakienne, mais de rendre hommage à la mémoire de l’ancien président irakien».
Il faut aussi préciser que les supporters de l’USMA ignoraient que l’équipe des Forces aérienne d’Irak était de la région chiîte de Karbala, sachant que les musulmans de ce rite (chiaâ) étaient brimés au temps de Saddam Hussein, d’où la réaction de l’équipe irakienne qui avait décidé de quitter le terrain et refusé de poursuivre le match.
A cet effet, Serrar a indiqué qu’il a adressé un rapport détaillé à l’Union arabe de football pour lui expliquer que l’intention des supporters de l’USMA n’était pas de nuire à l’équipe ou encore au peuple irakien, mais de glorifier l’ancien président de ce pays. En d’autres termes, les supporters de l’USMA ignoraient que les joueurs de l’équipe irakienne étaient des chiîtes et sensibles à tout ce leur rappelle
C’est la raison pour laquelle Serrar a corrigé le gardien de but et capitaine de l’équipe de l’USMA, Mohamed Lamine Zemmamouche qui s’était empressé à s’exprimer au nom des joueurs et de la direction du club pour présenter les excuses de l’USMA. Serrar a estimé que «Zemmamouche n’avait pas à s’exprimer sur un sujet qui le dépasse».
Pour ce qui est de la réaction du président du COA, Serrar a fait observer que «Berraf n’avait pas le temps de suivre le match car il était pris par le championnat d’Afrique de natation». A cet effet, Serrar aurait souhaité que «Berraf prenne la peine de prendre attache avec la direction de l’USMA pour s’informer de ce qui s’était passé lors de ce match avant de s’exprimer sur le sujet», soulignant que «Berraf n’avait pas à réagir e la sorte».
Berraf s’en était pris aux supporters de l’USMA et avait en même temps qualifié Saddam de «dictateur». Pour Serrar «Berraf avait fauté», ce qui est très grave dans la mesure où il s’agit du président de la plus haute instance sportive en Algérie, à savoir le COA. Serrar qui ne voulait pas pousser le bouchon trop loin avait estimé que Berraf «s’était précipité » dans sa réaction.
Le DG de l’USMA aura donc mis à nu le manque de maturité politique de Berraf qui aspirait, à un moment donné, devenir ministre de la Jeunesse et des Sports !
Amir Hani