DIA | USMA : Serrar échoue de donner à l’équipe une envergure arabe et africaine
37866
post-template-default,single,single-post,postid-37866,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

USMA : Serrar échoue de donner à l’équipe une envergure arabe et africaine

DIA-21 novembre 2018: Recruté par la direction de l’USM Alger pour qu’il donne à l’équipe une envergure arabe et africaine voire mondiale, le directeur général du club, Abdelhakim Serrar a échoué dans sa mission. Après l’élimination de l’équipe en coupe d’Afrique contre un adversaire plutôt faible (Port-Saïd d’Egypte), l’USMA s’est écroulée devant Al-Merrikh qui l’a étrillé par un score lourd de 4-1.
La formation algéroise a été sévèrement battue par Al-Merrikh mercredi soir à Khartoum pour le compte des 1/8es de finale aller de la coupe arabe des clubs de football. Les buts de la rencontre ont été inscrits par Mohamed Yousef (1′, 9′ et 34′) et Abdelmounaâm Khaled Taha (39′) pour Al-Merrikh, alors que Hamia a réduit la marque pour l’USMA (62′). Le match retour aura lieu le 10 décembre à Alger.
Cette élimination contraste avec les résultats enregistrés dans le championnat national, sachant que l’USMA vient de terminer la phase aller à la première place. Les Rouge et Noir dominent le championnat certes, mais ils ont été éliminés en coupe d’Afrique et sont sur le point d’être évincés de la coupe arabe.
La déconvenue de l’USMA donne à réfléchir dans la mesure où il est étonnant que l’équipe domine la compétition nationale et n’arrive pas à s’imposer au  niveau régional et continental. Les frères Haddad dont l’objectif était de donner à l’équipe une dimension mondiale avec l’objectif de disputer la coupe du monde des clubs, ont fait appel à Serrar.
Mais la réalité est toute autre puisque l’équipe peine à s’imposer en dehors des compétitions locales (championnat et coup d’Algérie) et ce, malgré les moyens matériels mis à sa disposition. La question reste posée, à moins que Serrar ne dispose pas de la même influence en Afrique que celle dont il jouit en Algérie…
Nassim Fateh