BIGtheme.net http://bigtheme.net/ecommerce/opencart OpenCart Templates

Vers l’institutionnalisation comme un jour férié du 1er Yennayer

DIA-10 janvier 2017: L’institutionnalisation du premier jour de l’an amazigh, 1er Yennayer, comme un jour férié en Algérie, devrait intervenir dans un avenir très proche, a révélé le ministre de la Jeunesse et des Sports, El Hadi Ould Ali.
Il a expliqué cette «volonté politique d’institutionnaliser le premier jour de Yennnayer comme un jour férié par le parrainage des festivités marquant la célébration de Yennayer de cette année par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika». Ould Ali s’exprimait à l’occasion d’une visite de travail et d’inspection effectuée dans la wilaya de Tizi Ouzou ce mardi, à la veille de la célébration du nouvel an amazigh qui coïncide avec le 12 janvier de chaque année.
Il faut préciser qu’Ould Ali était directeur de la Culture à la wilaya de Tizi Ouzou. Auparavant, il était un activiste très entreprenant du Mouvement culturel berbère (MCB), branche RCD. En d’autres termes, l’annonce par Ould Ali de l’institutionnalisation comme jour férié du premier jour de l’an amazigh est une autre victoire pour la cause berbère, après la consécration de Tamazight langue officielle en vertu de la révision constitutionnelle de 2016. Une Académie algérienne de la langue amazighe est prévue afin de concrétiser, à terme, son statut de langue officielle. En 2002, elle a été déjà érigée langue nationale.
A travers cette reconnaissance, l’Etat affiche toute sa volonté politique de préserver la langue amazighe de toutes récupérations ou exploitations et manipulations politiciennes de la part de certaines parties. En ce sens,  la Constitution 2016 stipule dans son article 3 bis que Tamazight est également langue nationale et officielle et que l’Etat œuvre à sa promotion et à son développement dans toutes ses variétés linguistiques en usage sur le territoire national. 
Ces acquis, dont peut s’enorgueillir aujourd’hui Tamazight dans toute sa dimension, sont considérés comme étant une juste reconnaissance et un aboutissement des efforts et sacrifices de tous les intellectuels et militants de cette revendication nationale. En attendant d’autres acquis bonne année et assegas amegaz 2967 !
 
Kamel Cherif 
TwitterGoogle+Partager

Voir Aussi

dia-djamel-ould-abbas

Quand Ould Abbes parle de «Si Ahmed Ouyahia, l’enfant du FLN»

DIA-16 octobre 2017: Le secrétaire général du FLN ne rate pas la moindre occasion pour ...

Un commentaire

  1. C’est la victoire de ces « certaines parties » et non de ceux qui l’ont érigée en langue officielle… qui n’ont fait que plier à leurs coups de boutoirs. Le pouvoir semble oublier que ces « certaines parties » ont été parmi ceux qui n’ont pas cessé de revendiquer ce statut, et continueront à exiger son application sur le terrain, connaissant fort bien la roublardise de ce même pouvoir qui veut jouer à gagner du temps
    !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *