Vers la mort programmée du DVD film en Algérie - DIA
29502
single,single-post,postid-29502,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dav

Vers la mort programmée du DVD film en Algérie

DIA-09 mars 2018: Les dernières mesures pour réduire l’importation de certains produits a sérieusement touché le marché du DVD informatique et le commerce des films DVD très vendus en Algérie. En effet, parmi les produits que le ministère du commerce a supprimé à l’importation, c’est bien le DVD vierge et les boîtiers de DVD que les éditeurs de films avaient l’habitude d’acheter en grande quantité pour les commercialiser sur le marché en format de films. L’industrie du DVD était très florissante en Algérie où les films étaient parfois vendus entre 100 à 200 DA l’unité, mais depuis l’arrêt des importations des DVD vierge, produit indispensable pour l’édition du film, le marché est en crise. Les éditeurs ont épuisé tous leurs stocks de DVD et essayent d’acheter des DVD de la Tunisie via la contrebande. Sur le marché, les derniers films se font rares, les vendeurs de DVD sont en colère, d’autant plus que le prix du DVD est passé de 100 DA à 150 et celui de 200 à 250 DA, ce qui est cher pour une bourse de jeune, surtout quand il souhaite acheter une série de quatre DVD, cela fait 1000 DA. Si la situation perdure d’ici le mois de juin, certains vendeurs de films DVD vont fermer.
Cette situation économique a freiné le piratage informatique et poussé certains à stoker plusieurs films nouveaux sur un seul DVD, mais diffusé en format DIVX et de surcroît en très basse  qualité.
Il faut préciser que le DVD film a tenu bon en dans notre pays malgré l’apparition du Bluray, qui n’a pas réussi à s’installer sur le marché car le consommable était trop cher. Le DVD s’est démocratisé dans les années 90 à 2000, tuant la fameuse cassette VHS, après la multiplication des ventes des lecteurs DVD en Algérie.
L’industrie du CD musique est également menacée, puisque les éditeurs ont presque stoppé la vente des dernières chansons, puisque ces derniers préfèrent diffuser sur internet et sur youtube.
Les CD et les DVD comme consommables informatiques sont également indisponibles au niveau des magasins de vente spécialisés. Le prix du CD est passé de 40 DA à 60 DA et le DVD est passé presque au même prix. Cette situation a néanmoins encouragé la vente des flash-disks.
Salim Bey