Violences et dérapages des caméras cachées algériennes: Le silence de l'ARAV (Vidéo) - DIA
32178
single,single-post,postid-32178,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-El bilad Tv

Violences et dérapages des caméras cachées algériennes: Le silence de l’ARAV (Vidéo)

DIA-20 mai 2019: Comme chaque année les caméras cachées constituent le plus important nombre de programmes dans la grille de Ramadhan des télévisions algériennes. Cette année encore les caméras cachées ont marqué leur présence et alimenté la polémique et le débat sur les réseaux sociaux. La caméra cachée la plus controversée demeure celle qui est diffusée par la chaîne El Bilad « Redou Balkoum saison 2« . La caméra cachée de cette chaîne d’obédience islamiste a grillé toutes les lignes rouges en offrant une image très négative de la famille algérienne. 

Dans cette caméra cachée, un couple est confronté à la présence d’une seconde femme sur le plateau de l’émission et affronte parfois avec violence verbale et physique la situation de la jalousie conjugale. Même si le message de ce programme reste flou, il n’en demeure pas moins  qu’il offre une image dégradante et négative de la famille algérienne.    Jugez vous même en regardant la 3e partie de ce programme où une jeune fille voilée frappe celui qui est présenté comme étant son mari… en direct sur le plateau. Cette jeune femme qui se nomme imène s’est livrée ensuite sur facebook en déclarant que ce n’était pas son mari et que tout cela n’était qu’une vaste comédie. Pourquoi faire de la mise en scène pour choquer et donner une image fabriquée de la société algérienne?  

El Bilad Tv n’est pas la seule télévision à user  de la violence pour attirer le maximum de téléspectateurs, Ennahar Tv, Echourouk Tv, Dzair Tv usent parfois des mêmes subterfuges pour piéger leurs invités ce qui engendre parfois une violence inouïe.    

Cette caméra cachée est un danger pour le paysage audiovisuel algérien et plus particulièrement pour la société algérienne. Si l’ARAV n’intervient pas, c’est une catastrophe pour l’avenir de l’audiovisuel algérien. 

Salim Bey