Xavier Driencourt est "officiellement" ambassadeur de France en Algérie - DIA
42511
single,single-post,postid-42511,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Driencourt

Xavier Driencourt est « officiellement » ambassadeur de France en Algérie

DIA-17 mai 2019: L’ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt, a présenté ses lettres de créances ce jeudi au chef de l’Etat, M.Abdelkader Bensalah devenant officiellement le chef de la mission diplomatique de la France en Algérie. Et pourtant le diplomate était accepté par les autorités comme Ambassadeur et présent en Algérie depuis juillet 2017. M.Driencourt avait un agrément mais tant qu’il n’avait pas présenté ses lettres de créances au président de la République, son champ d’action en tant que diplomate était limité. 

Mais contrairement à d’autres diplomates et en raison des liens très forts qui lient l’Algérie à la France, les sorties et les rencontres de l’Ambassadeur Driencourt avec les opérateurs économiques, politiques et même culturels étaient acceptées. Il faut dire aussi que le diplomate était déjà Ambassadeur de France en Algérie entre 2006 et 2008, donc son accréditation ne faisait aucun doute.  

Cette situation diplomatique « extraordinaire » était due à l’incapacité du président Bouteflika à l’époque de recevoir des diplomates et d’accepter leurs lettres de créances, qui validait officiellement leurs positions d’Ambassadeurs en Algérie. Cette situation « handicapante » pour les diplomates en attentes de présenter leurs lettres de créances est réglée, puisque le Chef de l’Etat, M.Bensalah a décidé, en conformité avec la constitution, de valider une série de lettres de créances de diplomates, en attente. 

C’est pour cette raison essentielle qu’aucune déclaration du diplomate français n’a été reprise ou enregistrée par un média gouvernemental public, ni à la télévision ni à la radio, un peu moins à l’APS. Depuis sa déclaration à l’ouverture du centre Visa France, qui avait fait couler beaucoup d’encre entre le diplomate français et le MAE algérien, aucune déclaration n’avait été faite par M.Driencourt, qui est connu pour sa finesse diplomatique. 

Ainsi devenu officiellement l’Ambassadeur de France à Alger, M.Driencourt a fait sa première déclaration à la télévision publique et à l’APS, en réfutant, toute « volonté d’ingérence » de la France dans les affaires internes de l’Algérie, affirmant que son pays suit « avec beaucoup de respect » la situation en Algérie.

La France « suit, comme d’autres pays européens, avec beaucoup de respect tout ce qui se passe en Algérie sans porter de jugement et sans aucune volonté d’ingérence dans les affaires algériennes », a-t-il déclaré à la presse à l’issue d’une audience avec le chef de l’État , auquel il a remis ses lettres de créances.

Rappelant qu’il a déjà été en fonction en Algérie, M. Driencourt s’est dit « conscient de se trouver dans une situation et un moment très particuliers de l’histoire de l’Algérie ».

« L’Algérie est un grand pays que nous admirons et mon souhait est de développer ensemble les relations dans tous les domaines entre les deux gouvernements mais aussi et surtout entre les deux peuples français et algérien amis », a-t-il ajouté.

Pour l’ambassadeur français, « le peuple français est impressionné par la maturité politique du grand peuple algérien ».

Amir Hani