DIA | Augmentation de 40% des prix des fournitures scolaires
64456
post-template-default,single,single-post,postid-64456,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Augmentation de 40% des prix des fournitures scolaires

DIA-31 août 2021: La rentrée sociale s’annonce éprouvante pour les Algériens qui doivent faire face à l’augmentation incessante des prix des différents produits. Les familles qui ont des enfants scolarisées risquent la saignée compte tenu de l’augmentation des prix des fournitures scolaires, a-t-on appris auprès des grossistes qui approvisionnent les librairies et autres magasins de vente des articles scolaires.

Selon ces grossistes, les prix vont augmenter de 40%, notamment ceux des cahiers, sans parler des stylos, crayons et autres articles. Ainsi, en plus des dépenses liées à la rentrée sociale, les parents des enfants scolarisés auront du mal à joindre les deux bouts face à l’érosion inquiétante du pouvoir d’achat.

Les prix des autres produits, notamment les fruits et légumes, enregistrent aussi des augmentations inexpliquées. A titre indicatif, la tomate est cédée à 110 DA le kilogramme, les oignons à 50 DA, alors que le piment a atteint le record de 100 DA. Des prix difficiles à expliquer quand on sait qu’il s’agit de produits de saison dont la production est abondante sur le marché. Malgré cela, leurs prix ont atteint des seuils inimaginables.

Le ministère du Commerce dont le rôle consiste à réguler les prix, est carrément absent sur le terrain. Après avoir échoué à résoudre la crise du lait, de la semoule et de la farine, le ministère du Commerce s’est avoué vaincu devant les spéculateurs qui continuent de sévir et de défier l’Etat. En définitive, c’est le citoyen qui trinque.

Mohamed Nassim

2 Comments

  • Nadri
    1 septembre 2021 11:30

    Il y a une guerre larvée menée contre l’Algérie et son peuple, par une mafia pire que la défunte issaba oligarchique des Bouteflika. Le but de ces vertigineuses augmentations; est d’élargir le fossé entre gouvernants et gouvernés et d’amplifier la désunion. Car rien n’explique cette anarchie dans le commerce national.

  • Mellah hocine
    1 septembre 2021 14:58

    Celui qui s’avoue vaincu , n’à qu’a céder sa place au plus compétent.
    Triste situation que cette nouvelle Algérie nous réserve. Jamais une telle déconfiture n’est atteinte depuis que l’Algérie soit independante. En fait est elle réellement indépendante ?
    Inutile de rentrer dans le politique , puisque des signes apparaissent comme des signaux émanant de l’ancienne puissance coloniale, mais parlons plutôt de l’économie en général :
    L’Algérie ne produit plus , mais elle importe tout, absolument tout , de ce qui touche à la vie du citoyen qu’a l’activité industrielle. A ce rythme , même un baril de pétrole à 200 Dollars , la faillite nous guette.
    La quasi-majorité des diplômes universitaires se retrouvent au chômage ou encore se retrouvent embarquer pour une traversée de la mer qui finit souvent en catastrophe dramatique pour ces pères et mères qui ont tout donné pour que ce fils ait un avenir radieux .
    Malheureusement, seule une minorité se permet de vivre allègrement , non concernée par cette augmentation de 40 % des prix de … tout, c’est l’Algérie des fils de ….

Répondre à Nadri Annuler

0Shares