DIA | Baccalauréat : Les coupures d’internet se poursuivent d’année en année
62251
post-template-default,single,single-post,postid-62251,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Baccalauréat : Les coupures d’internet se poursuivent d’année en année

DIA-20 juin 2021: C’est devenu une sacrée tradition en Algérie : la connexion internet est coupée à chaque examen du baccalauréat. Cette situation se répète depuis plusieurs années, sans qu’il y ait de solution. On se souvient qu’à chaque examen du bac, les ministres du secteur et le gouvernement s’engagent à trouver des solutions de manière à ne pas couper l’internet aux abonnés durant la période des examens du bac. Mais force est de constater que l’histoire se répète chaque année.

En 2021 encore, les abonnés ont du se passer de l’internet en raison du bac. La connexion est coupée depuis ce dimanche matin afin d’empêcher la diffusion des sujets de l’examen du baccalauréat sur la Toile et empêcher ainsi les opérations de copiage. Cette situation se répète depuis près de 10 ans.

Ainsi, au lieu que les nouvelles technologies de l’information et de la communication contribuent au développement et à l’essor de l’économie nationale, elles deviennent un véritable inconvénient en Algérie.

En ce sens, des entreprises dont la connexion internet est un outil de travail primordial ont vu leurs activités paralysées durant les jours de l’examen du BAC, accusant des pertes financières inestimables. A ce titre on peut citer les banques et les établissements financiers et plusieurs autres start-up.

Cela se produit au moment où les autorités du pays parlent ou se vantent de l’option inévitable d’aller vers la numérisation.

Dans les pays développés, si des coupures similaires de l’internet s’étaient produites, elles auraient carrément paralysé le pays. Chez nous, il semble que la connexion n’est utilisée que pour les réseaux sociaux et le chat, sinon comment expliquer ces coupures sans que les autorités ne trouvent de solution ? La question reste posée. En attendant, les Algériens doivent prendre leur mal en patience et attendre la fin des épreuves du BAC pour se connecter sans qu’il y a de coupures, bien que celles-ci soient courantes à longueur d’année. Mais cela reste un autre sujet !

Amel Bouchaib

1 Comment

  • Mellah hocine
    21 juin 2021 11:14

    Et pourtant , oui , et pourtant le Président avait promis , lors d’une rencontre avec les journalistes , que dorénavant internet ne subira plus de coupure . Comme de coutume des promesses non tenues , sauf que cette affaire d’internet, qui n’est pas d’ailleurs du ressort du président , est au delà de la responsabilité des gouvernants.
    Nous ne sommes qu’un simple pays consommateur d’une technologie qui vient d’ailleurs donc indépendante des pouvoirs algériens.
    Cette coupure qui freiné et immobilisé toute l’Algérie ,pas uniquement les candidats , pouvait ne pas exister. Les candidats au BAC pouvaient bien déposer leurs téléphones à l’entrée et tout candidat enfreignent cette directive est exclue immédiatement. Des services de sécurité -policiers-gendarmes-militaires étaient mobilisés et s’ils n’arrivent pas à sécuriser les épreuves d’un BAC , c’est extrêmement grave..

Répondre à Mellah hocine Annuler

0Shares