DIA | Feux de forêts, assassinat, complot, opportunisme, subversion et diversion par les siens !
64237
post-template-default,single,single-post,postid-64237,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Feux de forêts, assassinat, complot, opportunisme, subversion et diversion par les siens !

Par Amar DJERRAD

En Algérie, en cas de catastrophes naturelles ou criminelles, fléaux, épidémies, échec d’une politique, d’une action ou d’une gestion, des « bien-pensants », en particulier chez la plupart des partis, cherchent toujours, opportunément, le bouc émissaire là où ils souhaitent qu’il soit ! Sinon, là où l’on doit penser qu’il pourrait être !

Matraquage « berbéro-makiste ». Criminels dénoncés par des kabyles

C’est en effet terrible et « humiliant » que cela se passe en Kabylie, mais c’est ce qui s’est passé, ce que le monde a vu et entendu sur des dizaines de vidéos mises en ligne ! C’est des Kabyles (même si certains vivent dans d’autres wilaya) écervelés et abrutis par la propagande « anti-Etat », « anti-pouvoir », « anti-tout », réitérée des années durant, qui ont semé le désastre en Kabylie ! Tous ceux qui ont été arrêtés et avoués leurs crimes, en précisant appartenir au Mak, citant nommément leurs recruteurs, sont des kabyles.

Ce sont aussi des Kabyles honnêtes et patriotes qui les ont dénoncés en rapportant par les images et les vidéos montrant nettement le visage des exécutants (et non des ”rumeurs” comme le souligne le communiqué du RCD) et leurs faits macabres qui ont servi à l’enquête ; parfois des selfies ! (C’est malheureusement normal qu’ils ne puissent pas intervenir, car ils risquent avec certitude le lynchage !).

Si le RCD depuis l’Algérie pointe des ambiguïtés, le chef du MAK affirme, depuis l’étranger, avec un culot incomparable que « ce ne sont pas les ”kabyles” à l’origine de cette calamité et de cet assassinat en Kabylie, mais le pouvoir » reniant du coup ses ouailles après leur échec ! Par un communiqué, Mehenni affirme que l’Armée algérienne est en train de commettre « un génocide » en « lançant des bombes incendiaires et du phosphore », en assassinant et en procédant à des arrestations de « cadres kabyles ». Selon le communiqué du Mak le « pouvoir » est en train « d’exterminer le maximum de kabyles en les privant de soins contre la pandémie et en les soumettant à la politique de la terre brûlée ». Que l’assassinat de Djamel Bensmail est une « mise en scène savamment orchestrée ». Le communiqué dit aussi que « des centaines de camions militaires sont déployés avec leurs troupes cherchant à arrêter de prétendus militant du Mak mais cela vise à massacrer le maximum de cadres et de citoyens… après avoir fini avec la Kabylie, ce sera au tour des kabyles algérois… ». Un pauvre bougre en déchéance mentale? Les nazis n’auraient pas dit mieux ! C’est du pur Joseph Goebbels, mais en beaucoup moins intelligent ! Ainsi, il vient d’avouer, en fait, la paternité de l’assassinat et des feux de forêts en Kabylie tout en menaçant le “kabyles algérois” ! Ses semblables en Algérie l’ont relayé.

Nous pensons qu’il s’agit d’un plan de représailles – aux multiples incitations à manifester et à faire des grèves que la population kabyle a ignoré – qu’il faudra imputer aussi et encore au « pouvoir » dans le but, espèrent-ils, de déclencher une révolte à grande échelle ! Echec !

Le MAK est bien un instrument franco-makhzeno-sioniste de déstabilisation de l’Algérie et des éléments influents, tapis au sein des associations et partis politiques légaux ou non agréés, sont leurs pions.

Ce qui vient de se dérouler de barbare en Kabylie est le résultat de plusieurs années de manipulations les plus abjectes des « Berbéristes » d’abord puis des « Makistes », des « Rachadistes » et de l’entêtement ravageur des partis locaux surtout le RCD de Sadi d’une part, mais aussi des pouvoirs qui se sont succédé qui préfèrent ne pas utiliser systématiquement la force de la loi pour ne pas donner matière aux manipulateurs pour réaliser ce qu’ils projettent d’autre part !

        Les questionnements bizarres du RCD, diversion de Sadi

L’un des partis les plus incongru est bien le RCD qui est incapable de sortir de sa « tour d’ivoire » plutôt régionaliste, mais qui se prétend d’envergure nationale, du fait de sa politique chaotique souvent exclusive ! A tous les coups, le RCD sait mieux que quiconque ce qu’il fallait faire ou mieux faire, ce qu’il fallait prévoir, mais toujours à postériori de chaque évènement, qu’il semble pressentir et après que les responsables aient appliqué ce qu’ils ont décidé de faire ! Il a les meilleures solutions toutes prêtes avant tout le monde ! Logiquement et théoriquement c’est le parti le plus apte à gouverner convenablement sur tous les plans l’Algérie ; dommage qu’il fuit les élections !

Le RCD essaye, par ses questionnements bizarres et orientés, à chaque fois, de « noyer le poisson » pour semer le doute sur les exécutants et les commanditaires des feux et de l’assassinat du jeune artiste Djamel Bensmail (venu pourtant aider) «lynché à mort et brûlé en public par une bande de forcenés » précise le RCD dans son communiqué du 13 août 2021, ajoutant qu’il y a cependant un problème dans le communiqué du procureur de la République près le tribunal de Larbaa Nath Irathen qui « entérine des faits non avérés et disculpe les services de sécurité de toute responsabilité » suivi de cette étrange accusation « les officiels et à leur tête le chef de l’Etat, comme pour ajouter de l’huile sur le feu, mettent en avant l’existence de bandes criminelles qui voudraient, par ces actes, déstabiliser le pays. Une thèse qui donne du crédit aux folles rumeurs. ». Même pour le formidable élan national de solidarité ce parti y a vu d’une part qu’elle « prend racines de ces solidarités remises, enfin, en avant par la révolution de février 2019 » et d’autre part une défaillance du pouvoir qui « n’a pas été suivi d’un renfort des services de sécurité pour prévenir des débordements ». https://www.rcd-algerie.net/communique-du-13-aout-2021/

Il est précédé d’un autre communiqué datant du 3 juillet 2021 (soit environ 1 mois après) fustigeant le « régime » à la même manière ”Rachad” avec qui le RCD a fait alliance dans le but de « faire tomber le pouvoir » ; ce qui lui a valu d’ailleurs la démission collective de 150 militants/cadres. Observons un extrait « Le pari impossible du régime était, …, de composer avec les mêmes hommes issus du même système pour obtenir une assemblée nationale différente… ”L’Algérie nouvelle” tant vantée n’est autre que celle de Bouteflika et en pire ! Sans aucune légitimité, ayant perdu le contrôle de la situation politique du pays, le pouvoir s’affole et réprime à tout va ». Il est « pire » parce que cette « Algérie nouvelle » a banni les « quotas de sièges » (et les têtes de listes) qui permettent de s’éterniser dans la députation ? https://www.rcd-algerie.net/communique-3/

Le RCD (un peu les autres mouvements du même acabit) doit avoir une série de modèles de communiqués tout près à l’emploi pour chaque faits et gestes du « pouvoir » voire pour les catastrophes naturelles ou criminelles. C’est un parti qui a toujours fait plus dans la propagande, le bavardage, le cabotinage et le mensonge dans les communes que de la gouvernance au service des administrés ! Son incompétence est manifeste !

        Diversion et bourde de Saïd Sadi

Leur ex chef Saïd Sadi, depuis la France, est resté dans la même démarche critique, qui fige le RCD empêchant son évolution. Dans sa vidéo, il s’est adressé aux algériens dans un français châtié que 5 à 10% (comme pour l’arabe classique) comprennent y compris en Kabylie, s’ils l’écoutent, alors qu’il maitrise l’algérien et le kabyle, le parler courant des algériens ! Vraiment risible ! C’est comme si un ”opposant” français breton, exilé volontaire en Algérie, s’adresse aux Français – non pas en Français ou en breton – mais en… arabe algérien !

Après avoir honoré le père de la victime pour avoir fait éviter, par ses déclarations, une « guerre civile » (sans condamner toutefois clairement le crime) et le peuple pour sa solidarité, il enchaîne par les « causes » qui ont emmené à cette tragédie en les situant dans l’histoire de l’Algérie par le coup d’état de 1965, les liquidations et assassinats au début de l’indépendance puis enchaîne par les propos jugés anti-kabyles de 3 ou 4 personnalités. Comme si ces feux de forêts, en Kabylie surtout provoqués par des kabyles âgés entre 19 et 30 ans et l’assassinat de Djamel, ont pour origine ces faits historiques et les propos incriminés. Il dénonce ensuite des détails donnés sur les personnes arrêtées et surtout leurs aveux précis et foudroyants qui n’auraient pas dû être montrés par les télés selon lui . Dans quel but refuse-t-il cette exposition au public algérien et au monde moins de 48 h après leur arrestation ? Perd-t-il ainsi les « arguments » pour charger plus tard le « pouvoir assassin » sur des supposés « mauvais traitements », « viol » ou « torture » ? A-t-il dit cela pour d’autres faits similaires? Non! A-t-il donné des conseils utiles pour les gens de cette région ? Rien ! En revanche, il parle avec culot de « population arabophone » qu’on aurait installé en Kabylie ! Dira-t-il aussi des millions de kabyles installés dans toutes les villes d’Algérie depuis toujours de père en fils « population kabylophone » ? Racisme sournois de sa part ? Tout ce que dit Sadi est faux ! Cela ne tient pas devant la réalité historique. La tentative de division de l’Algérie a pour origine des « berbéristes » (dont il a fait partie) qui ont semé la haine et le racisme, qui ont concouru à façonner ces esprits affligés ou criminels que nous voyons aujourd’hui ! C’est le flambeau qui a été reprit par le Mak !  Parions encore que même après la fin de l’enquête, le RCD et les partis de la même mouvance ne condamneront pas le MAK, même face à des preuves irréfutables ! C’est leur culture, issue d’une mentalité funeste ! Rester sur son quant-à-soi doit être plus porteur politiquement que ces graves évènements ?

En paraphrasant Grégoire Lacroix on peut dire donc que pour Sadi, le RCD et leurs semblables « Finalement le crime [l’auteur utilise égoïsme] des autres est une bénédiction puisqu’il permet de justifier le nôtre » ? Ils veulent justifier l’injustifiable pour protéger un principe d’identité écorché, dénaturé ? « Vouloir justifier opiniâtrement une faute reconnue telle, c’est y ajouter une seconde faute » dit Quintilien (au 1ᵉʳ siècle apr. J.-C.) et Samuel Johnson (au 18ème siècle) ajoute « Aucun exemple ne peut justifier ce qui est absurde » ! Il aurait été plus judicieux pour Sadi de condamner simplement ces actes barbares et souhaiter une sanction aux criminels quel qu’ils soient au lieu de chercher à « innocenter les kabyles », aussi maladroitement et faussement ! Personne n’a accusé les « kabyles » ! Se justifier ainsi c’est quelques parts le croire !  « Chercher à se justifier quand on n’est pas coupable, c’est s’accuser. » (Proverbe arabe)

        Des élus locaux incompétents et faux ; un Mak épouvantail ?

Rappelons-nous cette coalition d’élus baptisée « Coordination des présidents des APC de la wilaya de Tizi Ouzou ». Qu’a-t-elle fait d’utile et de patriotique durant ce désastre touchant la vie des citoyens de Tizi Ouzou, elle qui est prompte à réagir au moindre fait divers ? N’est-ce pas la chose la plus grave qui mérite une prise de position claire et nette ?

Rares sont ceux qui ont été actifs et patriotes à l’exemple de l’élu M. Yousef Aouchiche « qui n’a pas fermé l’œil », sillonnant sans relâche les villages touchés, en affichant clairement sa condamnation des actes barbares tout en rappelant nettement l’unité et l’indivisibilité de la nation algérienne, selon des témoignages publiés !

Moins grave que leur réaction sectaire, orgueilleuse, diversive et mensongère lancée en janvier 2020 ?  https://www.algerie-eco.com/2020/01/09/maires-tizi-ouzou-denoncent-represailles-restriction-budgets-communes/

Extrait : « exiger une répartition équitable et transparente des dotations budgétaires …. la consécration d’une décentralisation effective et une véritable gouvernance locale »…« conscient que l’ampleur de l’acte patriotique asséné par notre région au pouvoir en place illégitime, sa réponse ne saurait tarder et allait connaitre de sévères représailles …. contrairement aux communes d’autres wilayas qui sont dotées de sommes faramineuses…»…« dénonce énergiquement ces pratiques mesquines et réitère sa détermination à continuer le combat jusqu’à l’avènement d’un véritable Etat de droit, tiré de la légitimité populaire…« appel solennel à tous les élus de la wilaya à prendre part au sit-in qui aura lieu…»

C’est ce genre de comportement mesquin et mensongers qui a fait que la majorité des communes de Kabylie reste à la traîne en matière de développement contrairement à la majorité des autres communes du pays qui sont plus actives et innovantes, car faisant moins de « boulitique », de grèves ou de manifestations commanditées ! Cette action ou revendication « d’élus » n’est autre que de la diversion visant à cacher leurs insuffisances, leur oisiveté et leur incompétence ! On y pressent une sorte de chantage à l’Etat dans le sens des objectifs du MAK sans oser le dire ! Ils croient faire peur à qui ?

La réalité est que la plupart des « élus » sont des incapables, très loin des principes qu’ils feignent avoir et prétendent défendre ! Pour beaucoup, ils ne sont ni pour un « Etat de droit », ni pour la « démocratie », ni pour la « liberté », ni sûrs dans leurs actes par faute d’une poignée des leurs estampillés « makistes » engagée, agissante, menaçante se croyant invincible et courageuse ! Des supposés ‘taureaux’ qui sont devenus vite ‘brebis’ devant la force légale après avoir semé la terreur à la population kabyle ! Ces représentants du peuple font dans la distraction pour cacher leurs tares et inaptitudes à gérer leurs communes, à répondre aux besoins et à la sécurité de leurs administrés ! Ils renvoient toutes leurs insuffisances sur « l’Etat » de façon déloyale en usant d’une sorte de chantage à l’Etat parce que leur « patriotisme », fluctuant et intéressé, obéi à un autre maître bien plus agissant dont certains semblent partager les convictions ! Un chantage sournois et dangereux pour les kabyles d’abord que d’agiter l’épouvantail MAK. Est-ce patriotique et responsable ? La déloyauté est souvent inhérente à l’incompétence et à l’inculture !

On a vu leur foule à l’œuvre lors des « pseudo-hirak », lors des manifestations commanditées ; on a vu leur indifférence aux menaces et intimidations sur la population pour faire grève et boycotter les élections ; on n’a rien vu et entendu d’eux sur la fournaise sinon pour fustiger le « pouvoir illégitime » ! Une population presque prise en otage, malmenée, saturée d’être utilisée comme faire-valoir à leurs « querelles de clocher » ou, comme on dit, leur « guerre picrocholine » ! Ils devraient se faire tout petits suite à leurs lamentables échecs ; incapables de répondre au moindre besoin de la population qu’ils méprisent, à qui ils mentent sur tout !

Les communes d’Algérie – qu’ils incluent dans leurs « revendications » – les dépassent en matière de développement économique et social !

En fait, ils exigent quoi de plus ? La Kabylie obtient, proportionnellement, bien plus en dotation en matière de développent ou budgets alloués aux communes et ce depuis la mise en œuvre des Programmes de Développement (spéciaux, triennaux quadriennaux, quinquennaux) !  Leur problème, pour beaucoup, est qu’ils sont des fantaisistes, des arrogants qui n’arrivent même pas à consommer leurs « dotations » à force de bavardage, de hâblerie et de narcissisme en se mettant en scène pour attirer l’attention sur eux !

Ils disent «…conscient que l’ampleur de l’acte patriotique asséné par notre région au pouvoir en place illégitime». Mensonge et forfanterie ! Le « pouvoir illégitime » déchu par le « hirak » (véritable), ils l’ont soutenu, des années durant, car il arrangeait leurs affaires et leurs goûts par les avantages qu’il procure et la stabilité qu’il assure par les « quotas d’élus » et les « têtes de listes » ! Ce n’est qu’une fois que le destin de ce « système » était pressenti qu’ils ont ”chevauché” les manifestations pour tenter de le sauver en organisant ou soutenant des « pseudo-hirak » parallèles avec des revendications à l’opposé de ceux des «hirak» véritables, tel l’aventureuse « phase de transition »! Echec !

Cette action éperdue d’élus, de Tizi, n’est rien d’autre qu’une diversion, à leur population abusée, qui confirme un échec qu’ils s’évertuent à imputer au « pouvoir » qu’ils assimilent à celui déchu… mais en vain !

Dans peu de temps les APW et APC seront toutes dissoutes suite au nouveau pouvoir légitime ! Ce sont eux qui ne sont pas légitimes ! Ils seront, sûrement, remplacés par de plus aptes, sérieux, engagés et travailleurs ; moins « politicard » qu’eux ! A moins qu’ils n’inventent encore un autre stratagème malsain pour y demeurer illégalement ! On dit bien que “quand l’incompétence et la médiocrité règnent la roublardise devient culture” !

Le Mak ne leur sera d’aucun secours et ne pourra pas les faire sortir de leur léthargie, de leur blocage mental, de leur paresse et de leur schizophrénie dans une région à 90% montagneuse, fortement escarpée et donc économiquement non viable ! Ce qui prouve que la Kabylie n’est choisie que comme porte d’entrée et bouc émissaire.

Pour les obstinés ce sera saut vers l’inconnu, à contre-courant de l’histoire, aux conséquences néfastes à la population de la région, ardemment patriote, qui ne manquera pas de résister de façon insoupçonnée. « Quand orgueil chevauche devant, honte et dommage suivent de près ! » (V. Hugo)

        Les ennemis ont frappé là où il ne fallait pas

Aujourd’hui, la donne a changé, les ennemis ont frappé là où il ne fallait pas, les conséquences ont été mortelles, la population surtout en Kabylie est touchée dans sa chair, ses principes et son honneur ; les esprits indolents ou négligents semblent se réveiller ; l’Etat doit être désormais sans concession en mettant hors d’état de nuire tous ceux qui croient se permettre des délits et crimes sans suites pénales y compris au sein des partis qui se croient protégés et soutenus par des ONG étrangères, à vision néocolonialiste, parrainées par des puissances souvent hostiles à l’Algérie ; quitte à les dissoudre si la ligne rouge est franchie en particulier si les compromissions attentent à l’unité et à la sécurité nationale! La répression légale et juste par une force imposante et rigoureuse tempère les esprits les plus grossiers et tenaces !

Que peut-il bien arriver à l’Algérie de plus grave que ce qui s’est passé durant la décennie dite noire, que l’Armée avec les modestes moyens, aidée par les groupes de légitime défense (GLD) de l’époque, ont surmonté et neutraliser. L’Algérie d’aujourd’hui est reconnue puissance régionale !

Ce qui vient de se passer doit être considéré, malgré sa gravité, comme broutilles venant d’intelligences criminelles médiocres, internes et externes, facilement neutralisables politiquement et militairement. Selon le Chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire (ANP), il s’agit d’un “vaste complot presque parfait” déjoué, soulignant « que les feux qui ont ravagé dernièrement plusieurs régions du pays ne constituent qu’un petit échantillon… »

        Exemples de réactions récentes

Une certaine Nabila Smail avocate, en Algérie et activiste pro-Mak, commente le drame par des incitations et provocations sur son FB (commentaire repris tel quel) : « Chante leur que la démocratie on l à tété au sein de nos mères. Ils continuent à nous reprocher notre amour de la liberté. Non, seule la liberté mérite qu’on meurt pour elle. Celui qui veut rester esclave, nous nous battrons pour le libérer car nous sommes des amazigh », sans préciser qui doit « chanter », si ces mères ont appris cette démocratie durant la période coloniale, qui sont ces « ils », quelle catégorie de citoyens doit mourir pour cette liberté, qui veut rester « esclave » et qui doit le libérer, que par « amazigh » elle efface l’Algérie ! Bien-sûr qu’il s’agit de la Kabylie et des Kabyles qui doivent mourir pour les ambitions et les intérêts des autres. Son autre commentaire, aussi sournois, accuse le « pouvoir et ses services » ainsi : « Du printemps noir 2001 à l’été noir 2021. Pourquoi la Kabylie. A qui profite le crime » ! La même tactique pour le même objectif que son alter égo mako-makhzeno-sioniste le bavard et médiocre propagandiste résidant à Québec, le ”professeur” Lhocine Yahia qui affirme, comme un attardé mental, que le pouvoir algérien « a refusé les propositions d’aide du Makhzen et de l’Espagne pour laisser la Kabylie bruler » et que seule la France a envoyé des Canadairs « sans l’accord du gouvernement algérien » et que ce dernier « a envoyé ailleurs qu’en Kabylie » ! L’animateur de la TV kabyle (à Québec) le questionne en kabyle pendant que lui répond en Français. C’est drôle !

Sans oublier le sulfureux sioniste Eddy Cohen un fervent soutien du Mak et de Mehenni. Sur sa page dont il consacre une bonne partie aux séparatistes, il affirme que « des hélicoptères militaires algériens jettent du gazoil sur les feux de forêt dans la région de Kabylie au lieu de l’eau pour les éteindre ». Le « rusé » Cohen présente une vidéo en inversant les séquences. Au lieu de la réalité « Feu – hélicoptère qui déverse – feu éteint », Cohen inverse les séquences en « Feux éteint – hélicoptère qui déverse – feux »! Il Faut être sioniste pour le faire !

        En guise d’épilogue

Le Kabyle ou l’utopiste tenté par le discours du Mak, de ses adeptes ou de ses soutiens doivent savoir qu’il est illusoire de prétendre une division de l’Algérie. Ils nagent à contrecourant. Ils sont dans le déni de l’histoire qui ne mène nulle part que vers des échecs humiliants, voire des souffrances inutiles, à des retards économiques et sociaux.

Notre avis est que tous nos partis et associations, doivent changer fondamentalement leur politique, leur stratégie, leurs tactiques et leur « philosophie » de prise de pouvoir !  Ils ont pris le pli qui consiste à mimer des travers dont ils n’arrivent pas à se débarrasser craignant ainsi se renier ! Ils ne font presque plus de la politique et de l’opposition intelligente et responsable, mais pour la plupart de la dispute, de la provocation, de la médisance et de la calomnie ! Mimer aveuglément des partis d’opposition étrangers, dans notre cas, la France n’est ni logique, ni raisonnable, ni convenable à cause des différences culturelles et de certains antagonismes historiques. On dit bien « mimer un lion ne fait pas de vous un lion, mais un singe ». Ils doivent impérativement se transformer et l’État doit les aider en instituant de nouvelles règles plus rassurantes dans leurs actions politiques d’opposants réels, ayant des projets nationaux dans l’intérêt exclusif de l’Algérie.

Pendant que les manipulateurs se prélassent, avec leur famille, des bienfaits et de la protection de l’Occident, nous invitons nos frères de Kabylie et d’ailleurs – tentés par le chant des sirènes qui pousse vos enfants à une mort certaine inutile, gratuite et déshonorante – à méditer cet « avertissement » pertinent d’un intellectuel algérien (A. Badjadja) en réaction à la visite de F. Mehenni en Israël :

« Le MAK et Mehenni jouent contre l’Histoire. Mettre en avant sa différence avec le maximum de chahut n’affecte nullement la tendance historique de l’Algérie qui est indivisible. Le Mak est un mort-né. La Kabylie n’a pas les moyens des ambitions de ces activistes ; économiquement, politiquement et même socialement ! D’où ce rapprochement contre-nature avec les israéliens ! »

« Ce que je comprends à travers ce voyage de Ferhat Mehenni en Israël c’est que bientôt il y aura une base militaire israélienne en Kabylie, si jamais cette région arrivait à obtenir son détachement de l’Algérie. Il faut bien admettre que ce « gouvernement kabyle » de Mehenni ne disposera pas des moyens financiers de son ambition : gérer la Kabylie en tant qu’état indépendant. Il aura besoin du soutien financier d’un pays tiers classé comme ennemi de l’Algérie : Israël. Ce faisant, il faudra bien que Mehenni accorde une contrepartie à Israël : implantation d’une base militaire israélienne aux portes d’Alger. Et dans la foulée, Ferhat Mehenni pourra compter aussi sur les forces israéliennes pour mater tout mouvement de révolte qui se produirait en Kabylie parce qu’il sait très bien que la majorité des Kabyles sont des nationalistes enragés, qui luttent certes pour faire valoir leur identité amazighe, mais jamais au prix de la trahison du siècle »

« A mon avis, les israéliens feraient mieux de ne pas trop s’approcher des portes d’Alger, ce serait déclencher une déflagration générale conduisant les peuples maghrébins à s’unir en mettant de côté leurs divergences. Autrement dit, Israël risquerait de creuser sa propre tombe ».

À bon entendeur, salut !

Djerrad Amar

3 Comments

  • massi
    24 août 2021 14:45

    votre long article est un pur mensonge, je suis une personne d’un age avancé kabyle qui rejette totalement les idées du mak qui a divisé les kabyles , qui a été utilisé par les islamistes pour attaquer les kabyles , utilisé par le pouvoir pour arriver à ses fins , utilisé par le Maroc pour attaquer l’Algérie et par vous même pour salir les kabyles en leurs endossant les crimes abjects qui se sont déroulés en Kabylie. le soleil ne peut être caché par un tamis , des députés, des senateurs , des chefs de partis ont menacé la kabylie publiquement sans que la justice ne bouge le doigt, un congrés nommé zero kabyles s’est réunit à mostaganem et dont des assassinat sont programmés dans leurs actions, pourquoi vous ne les citez pas dans votre article ? alors que le premier suspect d’un meurtre est la personne qui l’a menacée de mort.. non ce qui est arrivé aux kabyles c’est les kabyles qui sont la cause. si le crime organisé à larbaa nath irathen a été organisé dans n’importe quelle région du monde il se serai déroulé de la même manière . qui a propagé la rumeur selon laquelle un pyromane est arreté et conduit au commissariat, selon la presse il y avait 4 suspects dans la voiture sans plaques d’immatriculation , pourquoi seulement djamel a ete conduit au commissaria ? aucun service de securité au monde ne peut remettre une personne arrétée à un groupe de personne quelque soit son nombre si sa vie est en danger. les zones d’hombres sont nombreuse, je finirai par vous dire que vous n’avez pas le droit de m’insulter en tant que kabyle car il y a un autre moyen de défendre ceux que vous désirez défendre et qu’un monstre qui se nourrit de sang quelques soit sa monstruosité ne dévore jamais ses enfants.ou détruit son refuge.
    en ayant reproché à ferhat qui est un citoyen ordinaire de s’etre rendu en israel j’ai compris votre appartenance ce dont je suis d’accord avec vous car il n’aurait pas du le faire par respect à la majorité des algériens qui ne portent pas Israël dans leurs cœurs et la raison est connue de tout le monde, mais en tant que citoyen algérien juste vous devez dénoncer les pays arabes devenus amis d’Israël dont notre voisin le Maroc et demander la rupture totale de toutes relation avec ces pays traîtres , si vous entamez une pétition je serai le premier à la signer

  • Mellah hocine
    24 août 2021 15:46

    Décidément , Mr Djerrad a toujours raison et tout le monde a tord, seul contre tous . Non Mr Djerrad , le devoir de lucidité appelle, aujourd’hui plus que jamais, à la vigilance. Tout projet politique, du plus banal au plus farfelu, est légitime dès lors qu’il respecte le débat démocratique, loin des surenchères, des invectives et des intimidations .
    S’il faut éviter de céder à la peur dans un contexte où tous les coups semblent permis, force est de reconnaître que l’hypothèse d’une provocation sanglante est loin d’être une vue de l’esprit. Le terrain de cette opération a été préparé depuis bien longtemps..
    Outrage bien singulier à l’histoire, Abane Ramdane serait donc coupable d’avoir assassiné Bennaï Ouali, Amar Ould Hamouda et leurs compagnons berbéristes de 1949 ; Krim Belkacem serait l’artisan du traquenard qui a emporté Abane ; le «sanguinaire» Amirouche aurait décimé l’intelligentsia kabyle qui risquait de faire ombrage à ses ambitions de pouvoir ; Hocine Aït Ahmed se serait vendu aux islamistes pour le perchoir d’une Assemblée nationale dominée par les barbus. Ce révisionnisme qui prolonge la crise de l’été 62 participe de la quête permanente de légitimité des vainqueurs venus des frontières, dont le palmarès guerrier se résume aux coups de feu contre les maquisards des Wilayas, et qui s’est soldé par des centaines de morts. A défaut de revendiquer quelque gloire acquise sur les champs de bataille, les planqués de l’extérieur qui ont pris le pays en otage depuis l’indépendance, tentent ainsi de salir ceux qui continuent à leur faire de l’ombre.
    Cette Kabylie qui avance pour construire au jour le jour, pierre par pierre, l’avenir de ses enfants, a besoin de conforter une bien fragile paix civile et d’élargir le champ des libertés. Ceux qui ont connu la guerre d’indépendance, ceux qui ont vécu l’occupation militaire pendant l’insurrection du FFS de 1963/65, ceux qui ont accompagné le deuil des familles des victimes du Printemps noir de 2001, en connaissent la valeur pour la laisser hypothéquer par des coups de tête inconsidérés. Ce n’est pas pour rien si la Kabylie est ciblée et qu’elle devienne aux yeux d’un courant de plus en plus aux abois le sésame de leur retour aux devants de la scène. La Kabylie comme territoire à sensibilité démocratique tel que martelé par un certains nombre de discours depuis au moins 1992 et que les événements du « Printemps noir » vont en renforcer la croyance est investi d’une mission quasi tautologique : dire et interdire et plutôt que dire, interdire pour mieux dire. Et dans ce registre, les têtes pensantes du régime jouent bien la partition des victimes originelles et esseulées du terrorisme avant que le monde ne se réveille un certain 11 septembre 2001. Et comme un conte qui se poursuit sans discontinuer, « vous voyez bien, semblent dire ces têtes pensante, nous aussi on a eu notre 11 septembre sous la forme d’un 11 avril. Et si cela ne suffisait pas, avec la Kabylie, on devrait clouer définitivement le bec à tous ceux qui doutent de notre bonne foi. Et comment ne nous croiraient-ils pas, ces kabyles de peu de religion ne sont-ils pas tout désignés pour être passés au fil de l’épée ?
    Des massacres en Kabylie, ce serait l’aubaine inespérée pour reprendre pied sur le marché de la martyrologie et des héros. Mieux, ce serait un coup de génie, de ceux que seul un démon peut en élaborer, car il va une fois pour toute faire coïncider le conte et la réalité. Une fin heureuse quitte à ce qu’elle soit macabre. L’essentiel est qu’elle remplisse sa fonction de rédemption pour une souche d’élite qui n’a de cesse caressées le rêve d’un conflit dans un mode où se mêlerait héros romantiques, officiers courageux, républicains et loyaux, pasionarias et masses prêtes au sacrifice pour la défense de la république et de la démocratie menacées par le fascisme comme lors de la guerre civile en Espagne.
    Quant au chanteur qui doit chanter , c’était Matoub -Allah irrahmou- Le 25 juin 1998, le chanteur tombait à 42 ans sous les balles des tueurs d’espoir. En Algérie, en France, dans toute l’Afrique du Nord, son legs politique et poétique conserve, des annees après, toute sa puissance subversive . Des années après après sa mort, Lounès Matoub est bien plus qu’une trace : une icône. Dans ses montagnes, dans toute l’Algérie et même en Afrique du Nord, du Rif au pays berbère de l’Ouest libyen, sa mémoire est plus vivante que jamais, portée par un nouveau réveil culturel des populations amazighes. Sur les murs des villages de Kabylie, il se déploie en portraits et en aphorismes, comme un repère pour cette jeunesse dénonçant à son tour la marginalisation politique, sociale et culturelle.
    Cessons de nous amuser à des débats qui ne mènent nulle part, comme de dire aux Occidentaux qu’on n’écrit pas « ce que l’on veut chez eux » et qu’on n’insulte pas en toute liberté, que le racisme est réprimé… Faut-il encore discuter de la violence et des horreurs qui ont été le fait et le sont encore de la « civilisation occidentale » ? Faut-il encore discuter du fait que le capitalisme occidental, guerrier et destructeur, s’offre aujourd’hui l’Islam comme ennemi de substitution au communisme ?
    Salutations.

  • Lakhdar
    24 août 2021 16:02

    ARTICLE RACISTE ET ATTENTATOIRE A L’UNITE NATIONALE INDIGNE DE JOURNALISTE ET DE LA PROFESSSION. C’est des gens comme vous qui poussent au pourissement.
    ALLAH YEN3ALKOUM !!!!

Répondre à Mellah hocine Annuler

0Shares