DIA | La tour Eiffel et l’Algérie : Les affirmations du Figaro, la réponse de Allal et le geste de Gustave Eiffel
59997
post-template-default,single,single-post,postid-59997,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

La tour Eiffel et l’Algérie : Les affirmations du Figaro, la réponse de Allal et le geste de Gustave Eiffel

DIA-13 mars 2021: La polémique soulevée par le journaliste algérien, Mohamed Allal, sur l’origine du fer utilisée pour la construction de la tour Eiffel lors de son intervention sur une chaîne privée, continue de faire mal à la France. Et cette fois, c’est un média sérieux appartenant à la droite française qui réagit.    En effet, le journaliste français du Figaro Paul Sugy a publié, ce vendredi 12 mars 2021, un article qui tend à démentir les propos du journaliste algérien Mohamed Allal sur la tour Eiffel et retrace l’origine des milliers de tonnes de fer de cet édifice.
Le journaliste français a tenu à noter, en préambule, que la Tour Eiffel qui porte le nom de l’homme derrière sa construction, qui n’est autre que Gustave Eiffel, a vu le jour en un temps très court.  Il a cité comme source un article écrit par Louis Le Bourg. Paru le 28 avril 1887, l’article a évoqué quelques détails sur le sujet de fer.

Il a donc fait savoir que le fer puddlé de la Tour Eiffel « a été produit dans les forges et aciéries Fould-Dupont de Pompey, en Lorraine (France) ». Le journaliste du Figaro a, par la suite, illustré la déclaration de son ancien homologue par une photo. Celle-ci montre clairement le pied du pilier nord de la Tour Eiffel, dans lequel il a été précisé que le fer provient de la source susmentionnée.

Le journaliste est revenu sur la provenance du minerai de fer utilisé par Fould-Dupont même. Le journaliste s’est appuyé sur des informations venant du Musée de l’Histoire du fer de Jarville-la-Malgrange. Celui-ci affirme que c’est la mine de Ludres qui avait sorti le minerai.

Avant de conclure son article, le journaliste du quotidien français a fait réagir un archéologue. Celui-ci a travaillé au sein d’un laboratoire appartenant à Floud-Dupont. Paul Merluzzo aurait informé que le fer n’est pas algérien, mais français, détaille l’article en question.

L’historien n’a pas nié que la France importait du fer algérien. Mais celui-ci a été souvent utilisé pour des chemins de fer et non pas la construction. Enfin, pour rendre le résultat final, le journaliste est revenu sur l’hypothèse de Mohamed Allal. Il a donc considéré cette dernière comme « hautement improbable ».

Mais le journaliste français a oublié de lire certains articles publiés par Edouard PONS en mai 2016, qui publié une enquête en PDF sur le net qui tend à prouver que l’origine du fer de la tour Eiffel était bien algérien. Il écrit à ce sujet  : 

En 1886, Jules Ferry signe un décret instituant officiellement la tenue d’une exposition universelle à Paris, du 5 mai au 31 octobre 1889. L’année choisie n’est pas innocente, puisqu’elle symbolise le centenaire de la Révolution française. Cette exposition sera dévolue au “fer” et le clou sera une tour haute de 300 mètres dessinée par l’ingénieur Maurice Koechlin et construite par l’entreprise de l’architecte Gustave Eiffel.
Cette construction, devait durer 20 ans et il fallait donc trouver le minerai le plus pur possible pour obtenir du fer d’une qualité supérieure. Après avoir exploré plusieurs sites miniers français, le choix d’Eiffel va se porter sur les mines de Miliana en Algérie. Sous cette dénomination, on trouve plusieurs mines d’une région semi-montagneuse, située entre Miliana, Orléansville et Ténès.

Le geste de remerciement de Gustave Eiffel aux Algériens  

D’ailleurs, pour remercier les mineurs des mines du Zaccar de leur contribution dans la construction de la “Tour”, Gustave Eiffel offrira une horloge à l’école du village de Carnot. Cette horloge était toujours en place en 1962. Elle serait la seule preuve de Eiffel pour la contribution de l’Algérie à la construction 

 

La réponse cinglante de Mohamed Allal 

Le journaliste algérien Mohamed Allal a tenu a répondre au journaliste français en déclarant: “Le fer est à nous … un mot a ébranlé les sentiments de la droite française … alors qu’en est-il du reste des crimes commis par la colonisation française contre le peuple algérien. Peu importe ce que le journal Le Figaro essaie de défendre, le monde restera témoin que les crimes de la France en Algérie sont les plus odieux.”

9 Comments

  • selma
    13 mars 2021 11:06

    Mais bien sûr, c’est comme le savon de Marseille, chapardé aux syriens, dont l’origine est le savon d’Alep. Mais comme les français ont toujours été prompts à utiliser (en pillant) les ressources naturelles des pays qu’ils , occupaient,, qui pouvaient affirmer le contraire

  • Hamdan Benheddi
    13 mars 2021 13:31

    Ça ne fait que commencer jusqu’à ce que la France officielle reconnaisse tous ses crimes, présente ses excuses, demande pardon pour tous ces crimes et dédommage le peuple algérien. Compte tenu des intérêts moratoires, ça va se chiffrer en milliers de milliards d’euros.

  • Nadri
    13 mars 2021 14:46

    La presse français dirigées presque totalement par le sionisme khazar rothschild ne peut dire la vérité et le ne dira jamais. Les trésors pillés en Algérie sont visibles en France; aucun gouvernement français ne peut occulter ça.
    En 1798, le gouvernement du Directoire achète du blé à la Régence d’Alger pour les besoins de l’expédition du général Bonaparte en Égypte. Le blé est financé par un emprunt de la France auprès d’Alger estimé à plus de 25000 pièces d’or. Arguant l’histoire de éventail pour masquer le refus de rembourser le prêt le roi Charles X lança l’agression contre l’Algérie. Les gouvernants français ont été de tout temps des larrons.

  • Mellah hocine
    13 mars 2021 16:16

    Que vaut réellement la France sans ses colonies , ex et actuelles ? Walou, puisque le pays traverse actuellement une crise d’identité. Oui , une crise d’identité car depuis quatre décennies cette France se recherche aussi bien dans ses fondements , qu’elle a perdu, que dans sa constitution sociale. La France s’est formée sur le dos de ses colonies, elle en a exploité toutes les richesses, notamment le pétrole et le gaz algérien dont elle détient la majorité. Oui, la majorité depuis la nouvelle loi sur les hydrocarbures proposée par Chakib Khalil.
    La France n’est plus cette puissance des années 70/80 que vient d’être révélée par la Covid 19 dont le traitement de la crise sanitaire reste en deçà de tous les pays Européens. Marine LE PEN l’a compris, puisqu’elle demande à retrouver cette France qui a tout perdu dans cette Europe . Le vaccin reste un indice révélateur de cette France qui se perd. Elle se perd grâce à la prise de conscience de toutes ces colonies et un jour elle aura à répondre de tous ces actes de dilapidation.

    • Geraldo
      14 mars 2021 16:12

      La France a colonisé un pays de bédouins, qui serait resté à l’âge de Pierre, elle y a apporté la culture l’éducation , la médecine, la modernité, les colons ont valorisé le sol , il a fallu que des extrémistes comme daehs aujourd’hui veulent dominer le pays, pour que celui ci se retrouve au xv eme siècle. Et maintenant les rejetons qui ont bénéficié des bienfaits de la colonisation s’erigent en justiciers,?

  • Arbaoui S
    13 mars 2021 18:52

    La France officielle doit imperativement reconnaître ses crimes et atrocites commise en Algerie et assumer en meme ses responsabilités, si elle veut vraiment etablir des relations economiques et de partenariat avec l’Algérie parce que le facteur temps n’est pas en sa faveur .

  • SALAH
    13 mars 2021 21:53

    Heureux que des algériens rappellent à la France ses méfaits spirituels et matériels.que nos jeunes n oublient pas

  • Toto Dushmol
    15 mars 2021 9:57

    C’est vite oublier que l’Algérie appartient avant tout à la France et qu’elle lui appartiendra toujours.

Répondre à SALAH Annuler

0Shares