DIA | Le MJS barre la route à Zetchi pour un nouveau mandat à la FAF
59444
post-template-default,single,single-post,postid-59444,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le MJS barre la route à Zetchi pour un nouveau mandat à la FAF

DIA-10 février 2021: Le ministère de la Jeunesse et des Sports a décidé de barrer la route au président de la FAF, Kheireddine Zetchi qui ambitionnait de briguer un deuxième mandat. Il s’agit d’une décision prise par les plus hautes autorités du pays et exécutée par le MJS pour “punir” Zetchi qui a terni l’image de l’Algérie après avoir menti à la FIFA.

La candidature de Zetchi au Comité exécutif de la FIFA, soutenue par l’Algérie, a été rejetée par cette instance après avoir menti sur sa suspension. Zetchi a indiqué, dans le formulaire de candidature, qu’il n’a jamais écopé d’une sanction de six mois. Or, Zetchi  a déjà été sanctionné par la LFP quand il était président du Paradou AC et par la CAF, pour une durée de six mois, en 2018 pour avoir quitté le Comité d’organisation du CHAN.

En dissimulant ces sanctions, Zetchi  aura menti à la FIFA, d’où le rejet de sa candidature par la cette instance.

Malgré ce mensonge, Zetchi  ambitionnait de présenter sa candidature à sa propre succession à la FAF. Or, les statuts de la FAF ne lui permettent pas de se présenter car il a écopé d’une suspension auparavant.

Pour contourner cette disposition statutaire, Zetchi voulait en fait amender les statuts de la FAF et devenir éligible pour se présenter à a propre succession.

Les autorités du pays ont réagi en interdisant les modifications des codes électoraux et des statuts des fédérations sportives nationales avant les AG électives.

Le MJS a indiqué ce mardi dans un communiqué que les modifications des codes électoraux et des statuts des fédérations sportives nationales pourront avoir lieu immédiatement après les assemblées générales électives (AGE) pour le nouveau mandat olympiques (2021-2024).

“Cette décision a été prise dans le cadre des dispositions de la loi N.13-05 du 23 juillet 2013 et relative à l’organisation et au développement des activités physiques et sportives et de la réglementation en vigueur”, précise le MJS.

Réunis mardi, les membres de la commission nationale interministérielle chargée du suivi du processus électoral et renouvèlement des instances sportives, ont fait savoir que “14 036 assemblées générales ordinaires et électives” se sont déroulées depuis le début de l’opération en septembre 2020.

Selon les chiffre du MJS, cinq fédérations sportives nationales ont tenu leurs AG ordinaire (athlétisme, cyclisme, vovinam viet vo dao, rugby et sports traditionnels), alors que quatre d’entres elles ont achevé le processus électoral ((athlétisme, cyclisme, vovinam viet vo dao, rugby).

Les assemblées générales ordinaires (AGO) et les assemblées générales électives (AGE) des fédérations sportives nationales, devront se tenir au plus tard le 15 avril prochain.

Afin d’éviter la concentration des AGE durant les mêmes dates et en vue d’assurer le suivi rigoureux du processus de renouvellement, le MJS a scindé les 54 fédérations et associations (sport féminin) en trois groupes (du 20 janvier au 19 février, du 20 février au 19 mars et du 20 mars au 15 avril) et a établi un calendrier sur la base de l’état d’avancement des inspections des services compétents.

Le MJS a également insisté sur “la stricte application de la législation et de la réglementation en vigueur”, ainsi que “le respect des règles d’éthiques, de transparence et de bonne gouvernance tout au long du processus électoral”.

Outre ces mesures, le document du MJS indique que les suspensions prononcées à l’encontre des membres de l’AG par la fédération sportive nationale après le 8 juin 2020 ne seront pas prises en compte, en application de la circulaire N.264 du 8 juin 2020 relative au processus de renouvellement des mandats des instances sportives nationale.

Le communiqué du MJS met ainsi fin aux ambitions de Zetchi  et de son bureau fédéral, sachant que Zetchi  a été élu en 2017 lors assemblée générale élective qui s’est déroulée à huis clos. Son “élection” a été dénoncée par plusieurs présidents de club, lesquels avaient affirmé qu’il a été “imposé” par l’ancien MJS, EL Hadi Ould Ali.

Faisant partie de l’ancien Pouvoir, Zetchi a toujours été rejeté par l’actuel pouvoir. En ce sens il a été privé de la médaille  l’Ordre du mérite national, décerné aux joueurs et au staff technique après la consécration à la CAN-2019 en Egypte.

Nassim Fateh

1 Comment

  • Mellah hocine
    10 février 2021 11:13

    Zetchi aurait pu être demis de ses fonctions lorsqu’il avait quitté l’assemblée de la CHAN. Pourtant il avait écopé d’une suspension de 6 mois , il fallait le demettre sur place.
    Tous les mandats de Zetchi ont été salis par des affaires de corruption au niveau des clubs sans qu’il ne lève le petit doigt . Le football national à régressé dramatiquement car l’argent a pris le dessus sur le sport.
    De plus lorsque les salaires des joueurs vacillent entre 100 et 300 millions et que les déclarations à la CNAS restent insignifiantes , il y a de quoi revenir à l’amateurisme.

Répondre à Mellah hocine Annuler