DIA | Normalisation des relations avec Israël : les partis islamistes s’attaquent au Maroc et Boudaoui et épargnent les Emirats
57760
post-template-default,single,single-post,postid-57760,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Normalisation des relations avec Israël : les partis islamistes s’attaquent au Maroc et Boudaoui et épargnent les Emirats

DIA-13 décembre 2020: La normalisation des relations entre le Maroc et l’entité sioniste ainsi que le déplacement du footballeur algérien de Nice, Hicham Boudaoui en Israël, ont fait réagir la classe politique, notamment les islamistes. Toutefois, tout ce beau monde avait adopté la politique de l’autruche quand les Emirats arabes unis ont normalisé leurs relations avec l’Etat hébreux, le mois dernier.

Du président du MSP, Abderezak Makri au président du Mouvement El Bina, Abdelkader Bengrina, en passant par le président de l’Association des Ouléma algériens, Abderezak Guessoum, le Maroc a été épinglé et une féroce campagne a été menée à l’encontre du pauvre Boudaoui, dont la famille est stigmatisée à Béchar.

Ces partis avaient observé un silence que l’on est tenté de qualifier de mystérieux ou de complice en ce qui concerne la normalisation des relations entre les Emirats arabes unis et Israël. D’habitude, ces partis politiques sont les premiers à réagir quand il s’agit de la Palestine d’autant plus que la normalisation des relations entre l’Etat hébreux et les Emirats est considérée comme une trahison de la Palestine dont la cause risque d’être abandonnée.

Pour rappel, Makri avait fait la sourde oreille quand la Turquie avait établi des relations diplomatiques avec Israël. Les partis islamistes sont également gênés de dénoncer normalisation israélo-émiraties en raison, selon toute vraisemblance, des relations privilégiées qu’ils entretiendraient avec les Emirats.

Pour la précision, plusieurs « hommes d’affaires » algériens et des commerçants vivent entre Alger et Dubaï où ils gèrent des commerces et disposent de résidences. Les autorités des Emirats ont accordé des facilitations à ces commerçants et hommes d’affaires qui sont souvent proches de la mouvance islamiste.

Comme ces partis politiques et « hommes d’affaires » n’ont aucun intérêt avec Boudaoui et le Maroc, ils ont immédiatement réagi, alors qu’ils ont fait mine de ne rien voir quand il s’est agi des Emirats où l’argent coule à flot.

Mohamed Nassim

Envoyer un commentaire

0Shares