11 longs métrages, des hommages et des stars au Festival du film Arabe d'Oran (Vidéo) - DIA
34001
single,single-post,postid-34001,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Seddiki

11 longs métrages, des hommages et des stars au Festival du film Arabe d’Oran (Vidéo)

DIA-22 juillet 2018: Dix longs métrages, 14 courts métrages et 14 documentaires brigueront le grand prix du 11ème Festival international d’Oran du film arabe (FIOFA), prévu à Oran, du 25 au 31 juillet courant, a annoncé samedi le Commissaire de cette manifestation.
Brahim Seddiki a souligné, lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation de la 11ème édition du festival,  que la sélection des films en compétition n’a pas été une mince affaire car, la commission chargée du visionnage et de la sélection , a veillé à ne retenir que des œuvres qui reflètent la réalité et les préoccupations des populations arabes sur un total 360 films proposés.
Dans la catégorie des longs métrages, l’Algérie participe avec deux films, «Nous étions des héros » de Nasredine Guenifi, adapté de l’ouvrage d’Abdelhamid Benzine « le Camp » et « Jusqu’à la fin des temps » de Yasmine Chouikh.
Les autres œuvres en compétition sont respectivement « Kilikis, la cité des hiboux » du marocain Azlarabe Alaoui Lamharzi, « Un homme et trois jours » du syrien Djoud Saïd, « Photocopie » de l’égyption Tameur Ochri, « Tunis by night » d’Elyes Bakar, « Amouri » de l’émirati Ameur Selmine El Mori, « El Ahla » de l’irakien Mohamed Derradji, « Nour » du libanais Zaarour, « Le devoir » de la palestinienne Anne Marie Djasser.
Le commissaire du FIOFA a indiqué que la préparation de cette édition n’a pas été de tout repos eu égard à la baisse drastique de la subvention accordée pour son organisation ; celle-ci  nedépassant pas les 40 millions de dinars. « Pour cette édition, les organisateurs ont essayé d’inviter les grands noms du cinéma », a-t-il précisé.
Concernant les hommages, Brahim Seddiki a indiqué que lors de cette 11ème édition, deux figures disparues du 7ème art arabe seront honorées. Il s’agit du cinéaste algérien Farouk Beloufa, réalisateur du film « Nahla » traitant de la guerre civile au Liban, et l’icône du 7ème art arabe Chadia.
Le réalisateur algérien Merzak Allouache présidera le jury des longs métrages, la libanaise Tekla Chamoune, présidera le jury de la section court métrage et enfin le réalisateur et écrivain irakien Kacem Hawl Sadoum présidera celui des documentaires.
Dans la section court-métrage, 14 œuvres sont en lice dont deux films algériens « feuille blanche » de Mohammed Nadjib Amraoui et « champs de bataille » de Anwar Smaine. Les autres courts métrages représenteront l’Egypte, la Syrie, le Bahrein, l’Irak, l’Arabie Saoudite, la Libye, le Liban et la Palestine.
Le film documentaire enregistre une forte présence algérienne avec cinq films « Sur les traces des camps de concentration » de Saïd Oulmi , «La bataille d’Alger un film d’histoire » de Malek Bensmail, « Souvenirs d’exil » de Mokhtar Karboua, « Des moutons et des hommes » de Karim Sayad et «l’Histoire du film la Bataille d’Alger » de Salim Aggar.
A l’ouverture de ce festival, il est programmé la projection du film « Carma » du réalisateur égyptien Khaled Youcef. Parallèlement au volet compétition, des ateliers sur les métiers du cinéma dont ceux liés au scénario, à la mise en scène et à l’éclairage et lumière seront organisés au profit de 100 jeunes cinéphiles selon les organisateurs.
Plusieurs films seront projetés dans les wilayas voisines à l’instar de Mostaganem, Mascara et Sidi Bel-Abbès dont la dernière œuvre d’Ahmed Rachedi « Les sept remparts de la citadelle » en présence du comédien Hassan Kechache.