Réunion des partis de la majorité ce dimanche pour évoquer la prorogation de l'actuel mandat du Président  - DIA
38586
single,single-post,postid-38586,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
Majorité

Réunion des partis de la majorité ce dimanche pour évoquer la prorogation de l’actuel mandat du Président 

DIA-11 Décembre 2018: Les partis politiques de la majorité devraient se réunir ce dimanche au siège du gouvernement pour examiner la proposition du parti islamiste, le Mouvement pour la société et la paix (MSP) concernant «la prorogation de l’actuel mandat du président de la République, Abdelaziz Bouteflika», a-t-on appris auprès du FLN.  
La réunion est prévu au siège du gouvernement et c’est Ahmed Ouyahia qui porte la double casquette de Premier ministre et secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND) qui recevra les chefs des autres partis de la majorité présidentielle, à savoir le Front de libération nationale (FLN) dont l’instance provisoire est dirigée par Mouaad Bouchareb, Tajamou Amal al Jazair (TAJ) que préside Amar Ghoul et le Mouvement populaire algérien (MPA) de Amara Benyounes.
Lors de la dernière réunion de ces partis, ils ont signifié dans leur communiqué qu’ils étaient ouverts à toutes les propositions. C’est dans ce sens, que ces partis devraient se retrouver ce dimanche au Palais du gouvernement pour appuyer la thèse du report de l’élection présidentielle d’avril 2019 ou plutôt la prorogation du mandat du chef de l’Etat. Pour rappel, le président du MSP, Abderezak Makri avait lancé la proposition de reporter l’élection présidentielle.
Auparavant, le président du Front national algérien, Moussa Touati puis le président Mouvement El-Islah, Filali Ghouini, avaient appelé le président de la République à briguer un 5ème mandat, appuyant ainsi la thèse de la continuité que prônent les partis de la majorité présidentielle. 
Amir Hani