A une année de la présidentielle : sortie sur le terrain du président Bouteflika en l'absence d'Ouyahia - DIA
30748
single,single-post,postid-30748,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Bouteflika Cav

A une année de la présidentielle : sortie sur le terrain du président Bouteflika en l’absence d’Ouyahia

DIA-09 avril 2018: La sortie du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, sur le terrain intervient à une année, jour pour jour, de l’élection présidentielle en Algérie prévues en avril 2019. Cette sortie intervient aussi après que Djamel Ould Abbès, le secrétaire général du Front de libération national, parti que préside le chef de l’Etat, lui eut demandé de se présenter pour un 5e mandat consécutif. La dernière sortie du chef de l’Etat remonte à décembre 2016 quand il avait inauguré la nouvelle ville de Sidi-Abdellah et la ligne ferroviaire Birtouta-Zeralda.
La sortie de ce lundi du chef de l’Etat a été marquée par le bain de foule qu’il s’est offert à la Place des Martyrs, un lieu hautement symbolique. Le Président Bouteflika a salué de sa main les nombreux citoyens venus assister à l’inauguration d’un des grands projets à inscrire aux programmes du chef de l’Etat, à savoir la station du métro d’Alger. Le projet du métro a été lancé dans les années 1980 au temps du regretté Président Chadli Bendjedid et a vu le jour après la venue du Président Bouteflika.
Le chef de l’Etat a ainsi tenu à inaugurer ce projet qui lui tient à cœur tout comme la Grande Mosquée d’Alger qu’il avait inspectée en octobre 2016 ou encore l’autoroute Est-Ouest, laquelle figure parmi les grandioses projets du Président.
On aura remarqué aussi el le chef de l’Etat n’était accompagné lors de cette visite, dans chaque point, que par les ministres concernés directement par les projets inaugurés ou inspectés. Il s’agit notamment du ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, du ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaalane, du ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar, du ministre des Affaires religieuses et des Wakf, Mohamed Aissa, du ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, et du wali d’Alger, Abdelkader Zoukh.
On aura ainsi constaté l’absence du Premier ministre Ahmed Ouyahia, sachant que les dernières visites d’inspection et de travail effectuées par le chef de l’Etat en décembre et octobre 2016 avaient vu la présence du Premier ministre de l’époque, Abdelmalek Sellal.
Cette visite est aussi une réponse à ceux qui sèment le doute sur la santé du chef de l’Etat et surtout sa capacité à gérer et suivre les projets et les affaires du pays.
Amir Hani