Abdelaziz Bouteflika : 20 ans de réconciliation nationale et de grandioses réalisations - DIA
40004
single,single-post,postid-40004,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-BOUTEFLIKA

Abdelaziz Bouteflika : 20 ans de réconciliation nationale et de grandioses réalisations

DIA-11 février 2019: Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui est officiellement candidat à sa propre succession pour un 5e mandat consécutif, entend clôturer son mandat par une conférence nationale inclusive qui arrimera l’Algérie vers la modernité et surtout une réconciliation totale et globale.
Le chef de l’Etat a annoncé qu’il initiera une conférence nationale inclusive qui aurait pour objectif l’élaboration d’une « plateforme politique, économique et sociale », voire « proposer un enrichissement de la Constitution ».
Il s’agit d’un programme de société pour le Président Bouteflika qui entend arrimer l’Algérie vers des réformes qui s’inscrivent dans le sillage des réformes initiées jusque-là dans le sens de la consolidation de la démocratie et la pérennité des institutions du pays.
Il faut reconnaître que le Président Bouteflika avait hérité d’une Algérie consumée par une décennie de feu et de sang. En homme de paix et de réconciliation, le président de la République avait consacré presque ses deux premiers mandats à éteindre le feu de la fitna et d’une guerre fratricide qui avait failli emporter dans son sillage l’Algérie en tant qu’Etat et République.
Après des efforts incommensurables, le président de la République qui a d’abord cloué le bec à ceux qui entretenaient la haine entre les Algériens par le fameux «Qui tue qui», avait réussi à réconcilier les Algériens avec eux et entre eux.
L’approbation par référendum populaire de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale en 2005, soit cinq années après sa prise de fonctions en tant que Président, le chef de l’Etat aura réussi à panser les plaies des Algériens et surtout à enraciner les valeurs du pardon, de la paix et de la réconciliation entre les Algériens qui avaient souffert pendant plus de dix ans d’un terrorisme qui avait failli effacer l’Algérie de la carte géographique mondiale!
Parallèlement à la périlleuse entreprise du Président d’éteindre le feu de la fitna, de grandioses projets ont été lancés. Il s’agissait de relancer l’économie du pays, laquelle avait souffert de la crise politique mais aussi de la baisse des prix de pétrole à la fin des années 1990. Le tout a été aggravé par les catastrophes naturelles qui avaient touché le pays au début des années 2000, notamment les inondations de Bab El Oued et de Ghardaïa ainsi que le séisme de Boumerdes sans oublier la sécheresse qui avait frappé le pays.
Le Président Bouteflika se devait ainsi relever tous ces défis, à savoir assurer une alimentation en eau potable aux Algériens à travers tout le pays. Pour ne parler que de la capitale, tous les Algérois se souviennent de la crise qui avait touché le grand Alger qui était alimenté en eau potable un jour sur trois.
Partant de ce constat, le chef de l’Etat avait ordonné de réaliser des barrages hydrauliques ayant permis  à l’Algérie de dépasser la crise de l’eau. Les Barrages de Taksebt et Bouharoun ainsi que les stations de dessalement d’eau et d’autres retenues collinaires ont permis de résoudre dans une grande proportion la crise de l’alimentation en eau potable en Algérie.
Le transfert de l’eau de In Salah vers Tamanrasset a également permis aux villes de l’extrême Sud du pays de bénéficier de l’eau potable.
Le métro sort du tunnel et première voitures « made in Algeria »
C’est sous l’ère Bouteflika que le métro est sorti du tunnel. Lancé en 1980 par le regretté président Chadli Bendjedid, il aura fallu attendre la venue du Président Bouteflika pour que le métro voie la lumière du jour en 2011. Idem pour le tramway qui a été réhabilité par le Président Bouteflika, ainsi que la voie ferrée qui a connu un grand essor avec le chef de l’Etat.
Toujours dans le secteur des transports, le projet du siècle a fini par être concrétisé, à savoir l’autoroute Est-Ouest, des frontières marocaines, aux frontières tunisiennes. Il est vrai qu’il y a eu des retards et des détournements d’argent de la part de responsables véreux, mais il faut avouer que c’est au temps du Président Bouteflika que cette autoroute a vu le jour.
L’industrie automobile a également fait ses premiers pas au temps du Président Bouteflika. A l’époque de Chadli, il était question de lancer la fameuse voiture Fatia en partenariat avec la firme italienne Fiat. Mais, il a encore fallu attendre le président Bouteflika pour que la première voiture made in Algeria sorte des usines de montage algériennes.
Aujourd’hui, plusieurs marques de voitures sont installées en Algérie en attendant que le taux d’intégration soit augmenté afin de pouvoir produire une voiture 100% algérienne.
L’autre grandiose projet du Président, c’est sans doute ce qui a été réalisé dans le secteur de l’habitat. Plus de 5 millions de logements ont été réalisés. Plusieurs formules de logement ont été initiées, allant du logement rural, à l’AADL en passant par le LPP et les logements sociaux.
Le Président de la République a également réhabilité l’image de l’Algérie à travers le monde, après que les compagnies aériennes eurent fui les aéroports algériens. Les efforts du chef de l’Etat avaient donc redoré le blason de la diplomatie algérienne qui a fait de l’Algérie un pays exportateur de paix, de sécurité et de réconciliation nationale.
Amir Hani