Echourouk News révèle que 40 millions d'euros étaient réservés au film sur l'Emir Abdelkader - DIA
36487
single,single-post,postid-36487,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dia-emir-abdelkader

Echourouk News révèle que 40 millions d’euros étaient réservés au film sur l’Emir Abdelkader

DIA-11 Octobre 2018: Dans le dernier numéro de l’émission « Ethakafa oua nass », la chaîne Echourouk News a révélé en exclusivité le chiffre astronomique des fonds accordés au projet du film l’Emir Abdelkader.  

Ainsi le présentateur de l’émission Rochdi Redouane a mis la main sur un dossier « confidentiel » contenant un nombre important de documents certifiés sur le projet de l’émir Abdelakader: Des correspondances entre le Dg de l’Aarc Mustapha Orif et le producteur du film. Le contrat entre l’Aarc et le coproducteur et scénariste français Philippe Diaz. Ce dernier aurait perçu en mars 2014 la somme de 2, 3 millions d’euros transférés par l’AARC sur instruction signée par la ministre de la Culture de l’époque Khalida Toumi. Mais aussi des factures comme celles de Lait Media relatives aux repérages et qui s’élèvent à 1, 17 milliards de centimes.   

Lors de l’émission diffusée ce mercredi Echourouk News révèle surtout que le budget réservé au film était réparti  entre le ministère de la culture représenté par l’AARC (75%) et le producteur exécutif, la société américaine ciné libre (25%) appartenant à Philippe Diaz ; celui-ci était de 40 millions d’euro. Le producteur exécutif devait empocher 17 millions d’euros à la fin du tournage, dont une partie devait être  dépensée en dinars en Algérie.  

Invité à l’émission, l’ex DG de l’AARC Nazih Berramdane qui est arrivé en 2015, a cautionné ces chiffres avancés par l’émission et révélé qu’il a trouvé 50 milliards de centimes du budget réservé au film dans les caisses de l’AARC. 

Pour rappel, le film sur l’Emir Abdelkader a été arrêté par la ministre Nadia Labidi à son arrivée au ministère fin 2014. Le ministre actuel Azzedine Mihoubi avait déclaré en 2017 dans un entretien que 150 milliards de centimes ont été dépensés pour le film sans qu’une image ne soit tournée. 

Salim Bey