Grippe saisonnière : le bilan s'élève à 25 morts depuis le début de l'hiver - DIA
28804
single,single-post,postid-28804,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-HOPITAL

Grippe saisonnière : le bilan s’élève à 25 morts depuis le début de l’hiver

DIA-21 février 2018: Deux nouveaux décès ont été enregistrés des suites de complications de la grippe saisonnière, portant ainsi le bilan  global au niveau national à 25 personnes depuis le début de l’hiver, selon le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière.

Les deux personnes décédées sont un homme de 82 ans (Alger) et une femme de 50 ans (Tissemsilt), a indiqué le directeur de la prévention et de la promotion de la santé au ministère de la Santé, Dr Djamel Fourar, rappelant que le dernier bilan établi le 13 février 2018 faisait état de vingt-trois (23) décès.    
Il a précisé que l’Institut Pasteur chargé de confirmer les cas de décès, après avoir effectué les analyses nécessaires sur la grippe saisonnière, avait recensé, à ce jour, 25 décès dans plusieurs wilayas du pays.
Sur les vingt-cinq (25) décès recensés par le ministère, 11 personnes décédées, âgées de 4 à 82 ans, ont été enregistrées dans la wilaya d’Alger, suivie de la wilaya de Bordj Bou Arreridj avec (3) décès, Blida, Tipaza et Relizane avec (2) décès chacune, Oran, Médéa, Souk Ahras, Skikda et Tissemsilt avec (1) un décès chacune, selon le directeur de la prévention.
Dr. Fourar avait déjà expliqué que 39 % des cas de décès enregistrés étaient des malades chroniques, en l’occurrence des diabétiques, des insuffisants rénaux, en plus de deux femmes enceintes, réitérant son appel aux malades à se rendre aux urgences médicales, dès l’apparition de symptômes grippaux (céphalées, fièvre, toux et mal de gorge) pour éviter les complications sévères.
L`Institut Pasteur d`Algérie avait prévu un pic épidémique pour le mois de février en cours, suite à la baisse des températures et aux intempéries qui caractérisent ce mois.