Immigration clandestine: l'Algérie prendra les mesures pour préserver sa sécurité - DIA
21847
single,single-post,postid-21847,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dia-bedoui-wali

Immigration clandestine: l’Algérie prendra les mesures pour préserver sa sécurité

DIA-10 août 2017: Le ministre de l’Intérieur, des  Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Nouredine Bedoui,  a indiqué jeudi, depuis Ain Salah, que l’Algérie est déterminée à prendre  toutes les mesures légales en accord avec les chartes internationales pour  « préserver la sécurité et la stabilité de ses frontières ».

« Nous sommes déterminés à prendre toutes les mesures légales en conformité  avec les chartes internationales pour la préservation de la sécurité et de  la stabilité de l’Algérie et la protection de ses frontières », a indiqué M.

Bedoui lors d’une réunion avec les cadres de cette wilaya déléguée, en  réponse aux préoccupations des présidents d’APC quant à l’augmentation de  l’immigration clandestine.

M. Bedoui a rappelé que la commission nationale chargée du dossier « avait  pris des mesures strictes en vue d’éradiquer les réseaux criminels qui se  livrent au trafic et à l’exploitation des femmes et des enfants sur notre  territoire, à des fins criminelles », soulignant que certains de ces  criminels ont été arrêtés l’année dernière ». « Nous continuerons dans ce  sens avec plus de fermeté », a-t-il martelé.

Il a en outre précisé que « ces groupes qui se trouvent au niveau des  frontières avec le Niger et le Mali travaillent fort malheureusement avec  des Algériens ».

« Toutes les mesures strictes seront prises pour venir à bout de ce  phénomène et préserver notre sécurité et notre stabilité », a-t-il soutenu  précisant que « cette démarche se fera en coordination avec le ministère des  Affaires étrangères et ses homologues du Niger et du Mali et plusieurs  autres pays africains ».