INFO-DIA: Ouyahia représentera le Président Bouteflika au sommet de Kigali - DIA
29669
single,single-post,postid-29669,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
FILES- This file picture shows Algerian Prime minister Ahmed Ouyahia after signing an agreement treaty on February 16, 2006, at the Kasbash palace in Tunis. Algerian President Abdelaziz Bouteflika reappointed Ouyahia prime minister for the third time on April 27, 2009 and made a minor reshuffle of his former cabinet on the same day.  AFP PHOTO/FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images)

INFO-DIA: Ouyahia représentera le Président Bouteflika au sommet de Kigali

DIA-12 mars 2018: Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, représentera le président de la République, Abdelaziz Bouteflika au sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement du continent à la capitale du Rwanda, Kigali, le 21 mars 2018 en vue du lancement officiel de la zone de libre-échange continentale (ZLEC), a-t-on appris de source diplomatique.
Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Mahamat Faki en visite officielle de trois jours en Algérie, a adressé au chef de l’Etat une invitation afin que l’Algérie, qui est membre fondateur et actif de l’Union africaine, soit présente au sommet extraordinaire de Kigali.
C’est Ouyahia qui fera le déplacement et sera accompagné notamment du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel et du ministre du Commerce, Mohamed Benmeradi.
Pour rappel, la création de la zone de libre-échange continentale a été décidée en 2012 par l’Union africaine. Son démarrage était prévu pour octobre 2017.  Les conclusions de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), prévoient que la ZLEC devrait permettre une hausse de 52% du commerce intra-africain d’ici 2022, soit 35 milliards de dollars.
Amir Hani