DIA | La FIFA suit l’affaire de l’enregistrement sonore de l’ESS
51549
post-template-default,single,single-post,postid-51549,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

La FIFA suit l’affaire de l’enregistrement sonore de l’ESS

DIA-22 mai 2020: La FIFA suit de très près l’affaire de l’enregistrement sonore concernant l’arrangement des résultats des matches du championnat d’Algérie de football et ayant impliqué le directeur général de l’ES Sétif, Fahd Halfaya et le manager de joueurs Nassim Saâdaoui.

Le chargé de communication de la FAF, Mohamed Salah Aboud a confirmé cette information, précisant que la FIFA suit cette affaire et tient à ce qu’elle en soit informée. Il a également révélé que la FIFA tient à s’enquérir de la composante de la commission de l’intégrité qui sera mise en place par la FAF.

Dans le même temps, Mohamed Mecherara, ancien président de la Ligue nationale de football et ancien vice-président de la FAF au temps de Mohamed Raouraoua, a appelé à mettre en place une « justice sportive ».

Mecherara a expliqué que la mise en place de cette « justice sportive » permettra de prendre des sanctions au lieu d’attendre la justice civile ou ordinaire dont la démarche et les procédures sont plutôt lentes.

En ce sens, Mecherara a expliqué que la FIFA n’a pas attendu le verdict de la justice ordinaire, mais c’est elle qui avait sanctionné Michel Platini, sachant qu’il s’agit d’une affaire de détournement de plusieurs millions de dollars. Mecherera s’est également interrogé sur le refus de la FAF de mettre en place cette « justice sportive » et prendre ainsi des sanctions au lieu d’attendre la justice civile.

Mecherara qui connait parfaitement les rouages et les dessous du football algérien, a qualifié la corruption dans le football national de « véritable pandémie ». A cet effet, il a fait observer que la FAF avait annoncé la mise en place d’une « commission d’éthique sans jamais dévoiler les noms des membres de cette commission ».

Mecherara charge à demi-mot la FAF et le monde du football où la corruption est une réalité, a-t-il dit. Pour rappel, Mecherara avait été désigné par l’actuel président de la FAF, Kheireddine Zetchi comme conseiller bénévole. Mais il avait vite fait de se retirer, refusant de cautionner certains actes et comportements qu’il avait alors constatés.

Cela pour dire que l’affaire du fameux enregistrement sonore promet de nouvelles révélations d’autant plus que le DG de l’ESS avait menacé de faire à son tour des révélations. Une manière de menacer les instances sportives (FAF et LFP) et de les amener à étouffer l’affaire au risque de divulguer des informations sur  des dirigeants au sein des structures de gestion du football.

Aussi, il faut s’attendre à ce que le manager incriminé dans cette affaire, Nassim Saâdaoui, fasse des révélations pour se défendre, ce qui laisse supposer qu’il s’agira de la première étape d’assainissement du monde du football, infecté de corrompus et corrupteurs  ayant sévi dans l’impunité et la transparence durant les dix dernières années.

Nassim Fateh