L'Algérie qui importe du carburant, exportera 35% de sa production vers l'Afrique en 2023 ! - DIA
35576
single,single-post,postid-35576,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Mustapha Guitouni

L’Algérie qui importe du carburant, exportera 35% de sa production vers l’Afrique en 2023 !

DIA-14 septembre 2018: Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, a annoncé, jeudi à Saida, que l’Algérie exportera 35 % de la production du carburant local vers les pays africains en début 2023. C’est-à-dire que l’Algérie exportera ce carburant dans quatre ans !
Or, l’Algérie qui exploite les hydrocarbures depuis l’indépendance (1962) continue en 2018 d’importer du carburant de l’étranger.  Il est donc surréaliste que l’Algérie assure son autosuffisance en quatre ans pour passer à la phase de l’exportation.
Le ministre qui a animé une conférence de presse dans le cadre de la visite de travail dans la wilaya a bien déclaré que l’Algérie procédera au début 2023 à l’exportation d’un taux de 35 % du carburant vers les pays africains, ajoutant que l’Algérie se dirige vers l’autosuffisance en carburant.
Il a fait savoir que la production au niveau local  est de 11,5 millions de tonnes de carburant. En même temps, Guitouni a relevé que l’Algérie a enregistré un déficit en carburant estimé à 3,5 millions de tonnes par an, soit une valeur de 2 milliards de dollars US. Il s’agit, pour le ministre d’un «déficit qui sera rattrapé au mois de décembre prochain». A ne rien comprendre. 
Amir Hani